AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Homme en blouse blanche.
PNJ
PNJ
avatar

Masculin Messages : 6
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Dim 29 Aoû - 18:46


    Voici le sujet principal de l'EVENT 2, vous accueillera ici un homme en blouse blanche envoyé du laboratoire de recherches scientifiques privé ELMA ainsi que des infirmières qui s'occuperont de vous . Merci de répondre a ce sujet.
    Faites procéder de cette façon vos personnages (le tout a votre sauce bien sur x3);
    votre personnage arrivera par la porte de derrière ou par le couloir, le premier a poster n'aura pas a attendre et pourras rentrer dans la première "cabine" tout de suite pour se faire administrer l'antidote. Les autres attendrons sur les sièges (ou debout ect...) que le PNJ ai posté sa réponse ou il donne les pilules a celui qui sera dans la "cabine", et chacun leur tour, dans l'ordre d'arrivé passera. Vous pourrez faire un petit tour par la case cellule psychologique dans un autre sujet, après ou avant la prise du médicament.
    Répondez rapidement pour ne pas faire trop attendre les autres et faire avancer le sujet.
    L'homme en blouse blanche répondra rapidement avec un petit texte court.

    N"oubliez pas que vous êtes ici de votre plein grès, les autres, qui ne veulent pas venir ect... arriveront après, amené par l"Agent de la CIA qui les auras arrêté.

    Description du lieu

    C'est une pièce à la fois banale et totalement différente. Large espace au murs peints de blanc. Elle est divisée en deux parties. D'un côté des sièges collé contre la parois insonorisée et de l'autre plein de petits compartiment séparé par des draps bleus, a l'intérieur de chaque est installé une siège médical ainsi qu'un petit frigo contenant les doses de remède. Une odeur stérile s'en dégage. Plein d'infirmières ont étés mobilisées et sont a votre service. Dans le coin de gauche un équipe psychologique se tien prête a vous accueillir. Un homme en blouse blanche vous attend pour vous faire prendre vos pilules.


    Premier post

    Il attendait, tranquillement assit sur le frigo de la première cellule de décontamination. Il lui tardait de voir arriver ses premiers patients. A la fois rongé par la curiosité et l'excitation. A quoi pouvais bien ressembler des personnes atteintes d'un tel virus ? Avait-ils des membres de monstres , étaient ils fait d'eau ou d'air ? Ou étai-cent des personnes normales cachant juste ce secret a l'intérieur d'eux ? De temps en temps il glissait sa main a travers les rideaux satisfaisant sa curiosité. Ou pas. Il n'y avais encore personne pour le moment. Il ravala un soupir et retourna s'assoir sur son frigo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abe.
> Fondatrice & Admine. The sardine (?) was sick.
> Fondatrice & Admine.  The sardine (?) was sick.
avatar

Féminin Messages : 973
Date de naissance : 31/12/1996
Age : 21
Date d'inscription : 02/12/2009
Virus : Omicron.
Pouvoir: : Donner son énergie vitale.
Age : 18 ans.

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Lun 30 Aoû - 20:05

Sujet déverrouillé !
Vous pouvez a présent poster vos messages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x-omega-x.forumactif.com/index.htm
Lilian
Trilobyte cubique bouffeuse de boulets.
avatar

Féminin Messages : 140
Date de naissance : 03/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 30/12/2009
Virus : Oméga
Pouvoir: : Contrôle de la gravité
Age : 15 ans

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Mar 7 Sep - 22:44

      Elle était de très, très mauvaise humeur.


      L’océan de son regard s’était assombri comme jamais auparavant. Une fureur noire brillait faiblement dans les motifs changeants de ses iris. Le saphir et le cobalt étaient devenus ébène et obsidienne.
      On lui avait forcé la main, après tout.
      Chopée, en pleine rue, par une patrouille de Deltas. Ils lui avaient expliqué gentiment qu’il fallait qu’elle se rende de son plein gré au centre de décontamination. En temps normal, elle les aurait bien envoyé voir ailleurs si elle y était, mais affaiblie par son pouvoir capricieux qui lui avait précédemment joué un sale tour, elle n’en eut pas vraiment la force. Elle se contenta de les laisser lui montrer le chemin et l’escorter jusque là.
      Et voilà qu’elle se trouvait à toiser, insistante, la porte blanche et froide, comme si elle voulait la fendre de son regard. Elle n’avait pas ce pouvoir.
      Il lui vint un instant à l’esprit quelques questions quand au subit changement de politique du gouvernement. La guerre était finie, soi-disant. Selon toute logique, ils étaient donc devenus inutiles. Elle s’en fichait pas mal, n’étant pas tout à fait masochiste, la guerre ne l’avait jamais vraiment attirée.
      Elle était bien trop lourde de conséquences.

      Un frisson la secoua, elle regarda par-dessus son épaule. Un des deux Deltas la fixait, le regard mauvais. Elle lui rendit son regard, cent fois plus courroucé, mille fois plus hargneux. Une rage féroce consumait le bleu de ses yeux, fiévreux. Frustrée, elle appuya une main crispée sur la porte, et pénétra dans l’hôpital. Elle n’eut pas de mal à se repérer: le « centre de décontamination » était quasiment dans l’entrée. D’un pas raide, la mâchoire serrée, elle avisa les locaux blancs aseptisés, et les différentes cabines de draps bleus. Elle était la première. La seule.
      Enfoirés de Deltas.
      Elle avait quinze ans, était enfin libre, et voilà qu’on allait lui retirer la seule chose qui lui assurait une protection contre le monde. Son pouvoir était un moyen de subsistance, une assurance vie.
      Elle pouvait se défendre de n’importe quoi, n’importe quel type d’agresseur avec lui.
      Elle releva les yeux, regarda devant elle, aperçut un homme. Il portait une blouse blanche - pas très original, dans un hôpital -, et c’était la seule chose distinctive chez lui. Banal au possible, il tenait plus de l’infirmier que du médecin. Et la curiosité insatiable qui brillait dans ses yeux eut le don prodigieux d’exaspérer Lilian plus encore qu’elle ne l’était déjà. Alors elle était quoi pour lui, un sujet d’étude?
      Sa seule consolation était le fait que le personnel de l’hôpital rase les murs. Apparemment, ils savaient qu’elle était une OGM. La peur de l’inconnu et la curiosité se mêlaient dans leur esprit définitivement humain. Un minuscule sourire mental de satisfaction naquit au milieu de la frustration ambiante. Sur un signe de l’homme en blouse blanche, elle s’approcha.
      Si elle avait eu oreilles et queues, toutes se seraient abaissées et hérissées de réticence. Une répulsion extrême l’envahi lorsqu’elle passa prêt de l’homme pour s’asseoir sur une chaise.
      L’odeur était atroce.
      Le chlore. Le chlore qui envahissait ses muqueuses et lui filait une migraine terrible, semblait s’insinuait par tous les pores de sa peau… En fermant les yeux, elle s’imaginait sans problème sur le bord d’une piscine municipale.
      L’odeur était la même.

      Elle toisa l’homme qui semblait chercher quelque chose dans son frigo.
      Elle fronça les sourcils.
      Tu me touches, je te bouffe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://0revenge0.deviantart.com/
Homme en blouse blanche.
PNJ
PNJ
avatar

Masculin Messages : 6
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Jeu 9 Sep - 17:19

Une jeune fille d'environ 15 ans entra dans la cabine. Il frissonna en voyant la lueur malsaine qu'affichait son regard. Pour sur, elle était profondément ravie d'être là. Il essaya de la dévisager discrètement en essayant de cacher sa curiosité poussé a l'extrême. L'homme en blouse blanche parcouru des yeux sont corps à la recherche de quelque chose de différent. A part cette aura de haine et de fureur, elle semblait être normale. Il reconnu pourtant sa tête qu'il avait mémorisé, elle était sur l'un des fichiers dont il disposait. Elle s'assit dans le siège médical. Il lui tendit tranquillement le remède accompagné d'un verre d'eau. Elle le pris avec ce qui sembla être une moue de dégout intense.

Il raya un nom sur sa liste et s'assit a nouveau sur son cher frigo remplit de petites pilules rouge et bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Ven 10 Sep - 1:28

    [ HJ: Bon, Duke et moi on a réglé ça en Hors-Jeu dans notre RP, pour finir par décider qu'un camion conduit par un p'tit vieux à moitié aveugle (Détails © me XD) conduisant une camionnette FedEx les aurait percutés alors qu'ils allaient chez Valérie. Duke n'aurait pas été perdre son pouvoir de plein gré et autant faire du 2 pour 1, les voici donc dans la salle d'attente, mais si quelque chose ne va pas dans mon post dites-le.]

    Valérie, étendue sur une civière "garée" le long du mur, ouvrit les yeux avec l'air hagard de quelqu'un qui se réveille d'une longue sieste un mercredi après-midi. Prête à sentir la marque d'un oreiller sur son visage, elle passa sa main sur sa joue sans rien détecter. Bon, c'est quoi ce bordel? pensa-t-elle avec mauvaise humeur.

    Se redressant sur son brancard, elle fut prise de vertiges qu'elle calma sans bouger pendant qu'une douleur lançinante se dévoilait sur sa tête et son épaule, comme si son crâne et son bras s'étaient sérieusement cognés sur une surface dure, comme lors d'une très mauvaise chute de vélo au fond d'un fossé qui aurait été rempli d'asphalte, ou pire même, une chute de cheval. En un éclair, un long crissement de pneus, un pare-brise volant en éclats et un pare-chocs renfoncé réapparurent dans sa mémoire et surtout, un jeune homme aux traits sympathiques et à l'air rêveur, qui était avec elle au moment de l'accident. Mais où était-il?

    Elle n'eut pas à chercher bien loin pour trouver Duke juste derrière elle, lui aussi étalé sur une civière comme du beurre sur un toast. Il ne semblait pas sévèrement blessé, tout comme elle, mais n'était pas encore réveillé. Elle se mit alors debout, chancelante, et examina les alentours. Un long couloir blanc, calme, violemment éclairé. Des portes un peu partout mais surtout, celle juste à côté d'eux, au dessus de laquelle était marqué "Centre de décontamination". Centre de décontaminaquoi?

    Toujours à fond dans l'actualité, Valérie n'était même pas au courant de la fin de la guerre, qui était très récente. Elle ne savait pas non plus qu'on allait lui retirer son virus et son pouvoir. De toute façon, qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire? Et que ferait-elle pour se défendre si elle refusait de prendre l'antidote? Clignoter dans la tronche du médecin? Hahaha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Ven 10 Sep - 21:19

    Hein ? Quoi ? Pardon ? Sorry ? Beg your pardon ? Nan mais… t’es où là ?

    Duke scannait les alentours du regard. Rien de familier. Rien de reconnaissable. Ou… peut-être quelque chose provenant d’une mémoire lointaine ? Ces murs blancs, ce couloir froid. N’avait-il pas utilisé ces images clichées dans ses planches les plus récentes ? Mais oui ! Celles basé sur l’Institut, nan ? Il revu les couloirs de l’hôpital de l’Institut durant un court moment. Rien de grave – pas de frissons. Mais pas de pensées agréable non plus. Enfin, sans exagéré, Marmaduke comprit où il était. Le centre de décontamination. Et dire qu’il avait évité cet endroit à tous les coups… Pour des raisons pratiques bien sûr. Si jamais il aurait eu un don dont il ne dépendait pas pour le restant de sa vie, il aurait sûrement été voir ce centre plus tôt.

    Mais apparemment, pas tout le monde n’était d’accord. Un peu étourdi, Duke s’assit en frottant l’arrière de sa tête. C’était une bosse ? Ou il avait mal dormit ? Avait-il dormit ? Il n’y comprenait rien. Au moins, Valérie – la fille dont il avait reçu la permission de lire ses rêves – était là. Il s’aurait sûrement inquiéter pour elle si elle n’aurait pas été là. Dire qu’il ne pourrait jamais tester ses talents sur les pensées de la fille… quel gâchis. Qu’allait-il donc devenir ? Il avait déjà des difficultés avec l’argent, mais sans son talent il était condamné. A mort. Ou bien… Soupire. Nan, à mort. Ses yeux fixaient Valérie qui avait l’air plutôt déstabilisé. Il avait envie de demander si tout allait bien, mais les mots l’échappèrent. Comme si l’endroit où ils se trouvaient les empêchait de parler. Ils devraient attendre en silence – perdu en pensées – pensant aux derniers moments victorieux. S’ils en avaient eu, bien évidemment.

    Dix-sept ans c’est long. Duke ne se voyait plus sans son don. Il avait vécu avec depuis tellement longtemps, qu’il avait peur que son monde s’effondrait sans. Sortir tard le soir était devenu un rituel. Une habitude. Une manière de vivre. Savoir ce que d’autres ignorent. Ne jamais s’ennuyer – ne jamais dormir. C’était devenu sa vie. Et ils voulaient se débarrasser de tout ça ? Était-ce vraiment justifié ?

    Roh. C’est de la merde.


---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henrik Natanaël Vanger

avatar

Masculin Messages : 353
Date d'inscription : 29/08/2010
Virus : Delta
Pouvoir: : Provoquer un changement brusque de température

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Jeu 16 Sep - 11:38

Deux hommes de la CIA entrèrent, l'on pouvait les reconnaître à leur attitude uniquement, étant habillés comme tout le monde. C'était d'ailleurs ainsi qu'il s'était fait prendre, Henrik. Il ne se serait jamais fait avoir par des hommes dans un quelconque uniforme. Henrik qui était d'ailleurs là aussi, poussé dans le dos plusieurs fois avant d'entrer par une tierce personne, il attendait désormais son tour. Si seulement il avait son arme, il aurait pu menacer quelqu'un et s'en tirer, garder la seule chose qu'il avait encore après avoir tout perdu. Mais non, il se devait de s'en débarrasser, de son virus. Que se passerait-il ensuite pour lui ? Il aurait une vie seine et heureuse ?

Il était l'un des plus grands personnages de l'ombre, dans cette guerre. Son travail quotidien était de traquer et de faire disparaître les omégas qui avaient atteint l'âge mature. Des omégas, il y en avait d'ailleurs quelques-uns ici, ce qui fit perler une goutte de sueur sur le long front du Delta, dont les mains étaient liées dans le dos par des menottes. Il faisait tourner frénétiquement sa langue dans sa bouche pour garder le silence. Il jouait avec ses doigts malgré la position difficile et désagréable, il était tendu.

Henrik, car tout tournait autour de lui, réfléchissait à ces fameuses menottes. Car en réalité, s'enfuir ne serait pas compliqué, il lui fallait juste pouvoir retirer ces anneaux de métal plus qu'embarassants. Il releva et baissait la tête comme pour s'aider à retrouver ses idées claires, les hommes de la CIA ne prêtaient pas vraiment d'attention à lui, rien. Tandis que certaines des personnes déjà présentes avant eux le regardaient peut-être, l'observaient en tentant de comprendre... Certains le connaitraient peut-être déjà... Dans ce cas, Henrik aurait de réels problèmes.

Sir Vanger avait tué plus d'une centaine de personne pendant cette guerre, on le lui demandait, il obéissait. Et maintenant qu'il commençait à se poser des questions, à comprendre que tout cela n'avait aucun sens... Que l'on avait tué les êtres les plus proches qu'il avait dans sa vie, l'on l'amenait ainsi sur le bucher pour qu'il subisse sa pénitence. Il n'était ni chanceux ni bien doué, le Delta qui n'en serait plus un...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Homme en blouse blanche.
PNJ
PNJ
avatar

Masculin Messages : 6
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Ven 17 Sep - 19:35

[Bref, je me suis peut être mal exprimée.]

Il eu tout a coup un flots d'arrivants. Le scientifique observa avec curiosité deux jeunes gens débarquer sur des brancard comme s'il sortait a peine d'un accident...Il les observa quelques minutes, les regardants avidement, caché par le voile d'un bleu ciel maladif. Son cher arrière-train se releva et il sortit a grand pas vers le brancard le plus proche. Il regarda sa jeune patiente aux cheveux blonds et aux yeux d'un bleu beaucoup plus agréable que celui des tissus qui séparaient les compartiments de l'autre côté de la pièce. Le jeune homme tenta de sourire. Ses lèvres se figèrent en une moue étrange.

Il poussa froidement la civière jusqu'au compartiment d'où il venait. Une fois passé de l'autre côté il se baissa pour chercher a l'intérieur de son frigidaire une dose du remède. Il rempli un verre en plastique, frémissant au contact de ses mains et de la force de l'eau se déversant à l'intérieur. Elle ne semblait même pas savoir ce qu'elle faisait ici. Il eu un élan de pitié envers sont ignorance et lui offrit l'eau et les pilules.


________________________________________


Une fois la jeune femme repartie sur sa civière, emportée par un infirmière il pris le temps de boire un peu de boisson énergisante qu'il avait caché au fond de son frigo préféré et ressorti d'un pas conquérant, un tant soit peu revitalisé par cet apport en sucre et vitamines. L'homme en blouse blanche se retourna vers le garçon qui accompagnait la fille a qui il venait de faire prendre son remède. Lui par contre ne semblait pas ravi d'être là. Il retint un soupir, il n'y pouvait rien, il était payé pour ça, et grassement. Il exécutait les ordres. A son tour, il l'emmena dans la cabine et lui administra le fameux remède, ce qui ne, apparemment, l'enchanta pas le moins du monde.

________________________________________


Entre temps, un homme cette fois-ci âgé d'environ dix années de plus , ce qui n'était pas rien, avait pénétré dans le centre. Il était encadré par des agents des forces de l'ordre, des menottes en plastique encadrait ses poignées. Il le toisa d'un air inquiet, il ne tenait pas tant que ça a se faire agresser par lui. Il lança un regard empreint de supplication aux hommes à la mine grave et l'un deux se dévoua sans dire un mot et emmena dans la cabine l'homme qu'il accompagné. Rassuré par la présence de cette sorte de garde du corps il reprit son labeur et se pencha pour la quatrième fois de la journée dans son frigo. Sa main pénétra dans cette boite froide, il en ressortit deux cachets dans un emballage stérile. Il remplit une fois de plus un verre d'eau limpide et fraiche et le tendit à l'homme. Qui l'absorba.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paris Fredriksen
Modoratrice.

Modoratrice.
avatar

Féminin Messages : 80
Date d'inscription : 24/05/2010
Virus : Delta 8)
Pouvoir: : Prescience

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Sam 2 Oct - 17:19

    Un matin comme les autres.
    Presque.
    Lorsque Paris était allé chercher le journal, il y avait vu un titre ostentatoire. « Enfin la fin ». Le type qui avait écrit ça n’était pas un génie, le jeu de mot était usé jusqu’à la corde. Mais la nouvelle était suffisamment importante pour que personne n’en tienne compte. La guerre était terminée.
    «... concernant les possesseurs d’un certain « virus », l’Etat prévoit les mesures nécessaires pour agir au plus vite. »
    Ben voyons.
    Paris jeta à un regard à l’horloge poussiéreuse qui trônait dans un coin de la pièce.
    Il n’irait pas travailler aujourd’hui.

    Il savait qu’il recevrait sans tarder un signe de ses supérieurs. Hors de question de laisser des aberrations comme lui errer sans but dans les rues. Désormais, il était logé à la même enseigne que ses anciennes proies. La guerre achevée, nul besoin d’eux. La lettre qu’il reçut ce jour-là le lui indiquait gentiment.
    Elle était perdue entre les nombreuses missives qui s’accumulaient dans sa boîte aux lettres. Paris faisait rarement le tri de son courrier. Il sélectionnait les lettres qui lui donnaient des nouvelles de sa mère, n’ouvrait plus celles qui lui « conseillaient fortement » de se rendre chez « quelqu’un qui pourrait l’aider ». Non, il n’avait pas besoin des services qu’on lui proposait. Il s’en tirerait seul ; personne ne déciderait plus jamais pour lui.
    Invitation à prendre le « remède ». Il y songea longuement. Sa décision, il la tourna et retourna dans son esprit, l’évalua durant de longues heures qu’il passa silencieux dans son manoir. Qu’y gagnerait-il, qu’y perdrait-il ? Il allait abandonner le meilleur job qu’il n’avait jamais eu. Il allait abandonner un pan entier de sa vie, une voie qui s’était ouverte devant lui. Il allait mettre un terme à ce qui, pour la première fois, lui avait permis d’entrevoir une différence entre « vivre » et « exister ».
    Mais s’il ne le faisait pas, on le forcerait.
    Et personne ne le forcerait plus jamais à faire quoi que ce soit.

    Ce fut donc de lui-même que Paris prit la direction de la clinique qu’on lui avait indiquée. Il s’y rendit à pied, pesant le moindre de ses pas, savourant l’absence d’entrave. Mais même en se voilant la face, il ne parvenait pas à faire sienne la décision qu’il avait prise. Il ne voulait pas perdre son pouvoir, son arme, son statut. Il ne voulait pas se perdre.
    Il pénétra dans la pièce prévue pour accueillir ses pairs, salua les Deltas chargés d’encadrer les lieux. Eux seraient les derniers à renoncer au Pouvoir et à l’Autorité. Mais ils y passeraient aussi. Tout avait visiblement été préparé pour que la « décontamination » se passe pour le mieux ; mais l’ambiance n’était pas extra pour autant. L’odeur du chlore, les murs trop propres, le stress ambiant…rien d’agréable. Paris s’assit avec une nonchalance feinte.
    Ironie du sort, sa prescience l’accablait de visions. Il savait que bientôt la porte s’ouvrirait sur Henrik machinchose, un Delta qu’il croisait de temps à autre. Il savait que son tour viendrait, se voyait entrer à son tour. Il savait que le médecin chargé d’administrer le « remède » serait soulagé de ne lire aucune animosité sur le visage de son prochain patient. Il savait que cette équipe de soutien psychologique s’approcherait la bouche en cœur pour lui proposer une aide qu’il refuserait. Mais il ignorait ce qui se passerait après. Et c’était pourtant l’essentiel, non ?

    Ce qui devait arriver arriva, comme d’habitude.
    Ce serait étrange de renoncer à ce savoir du futur. Se réaccoutumer aux surprises promettait d’être long.

    Paris se leva en voyant la porte s’ouvrir. Il croisa le regard de son collègue, ne s’attarda pas. Sa résolution s’effritait pas à pas, un peu plus et il bondissait par la fenêtre pour se tirer…et ce n’était pas une chose à faire. Il entra, adressa un sourire au médecin. Nan, il n’arrivait pas à détester cet homme. Il en voulait à ceux qui considéraient le virus comme un problème, à ceux qui l’avaient engagé pour ensuite se débarrasser de lui. Il s’en voulait aussi, personnellement. Pour être toujours incapable de prendre les bonnes décisions. Car il n’avait plus qu’une envie désormais : rentrer chez lui. Et pourtant, c’était de son plein gré qu’il avait franchi cette porte.
    Il était désolant.

    Ce fut rapide, simple. Trop simple. Impossible que tout se termine ainsi, c’était ridicule. Comme pour guérir un mal de crâne, on lui avait filé des pilules. Et l’avenir s’était tu. Un silence accablant, un vide profond ; une incertitude dévorante.
    Paris jeta un regard noir à l’équipe psychologique qui le saluait, et sortit.
    Mettre le plus de distance possible entre cet endroit et lui.
    Il était normal, à présent. Cela aurait-il dû le réconforter ? A l’heure où tous fêtaient encore la fin de la guerre, Paris était étendu sur son lit. Une question, une simple question le tourmentait : qu’allait-il devenir ?





---------------------------------------

Knave of Heart ♥

♪ Her body is my coffin... |








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henrik Natanaël Vanger

avatar

Masculin Messages : 353
Date d'inscription : 29/08/2010
Virus : Delta
Pouvoir: : Provoquer un changement brusque de température

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Mer 6 Oct - 23:23

Qu'allait-il devenir ? Paris n'était pas le seul à se poser cette question encore et encore en évaluant, imaginant différentes possibilité d'avenir. Il y en avait beaucoup, les Deltas étaient en général assez aisés, il n'avait aucun problèmes de vie ou d'argent, il n'avaient que peu de choses desquelles se soucier...

Henrik avait désormais bien des problèmes, la mort de sa famille sur sa conscience, un dossier qu'il ne cessait de feuilleter, rien n'allait plus. Il attendait à la sortie que les deux agents de la CIA reviennent le chercher. Il avait avaler les premiers comprimés, tout était censé se terminer là... Il soupirait en prétendant tout ceci comme trop simple, s'imaginant la possibilité, désormais, que tout ce plan de décontamination ne pouvait être parfait et que le traitement n'avait peut-être aucun effet. Il levait les yeux au ciel en tentant de se rappeler du dernier café qu'il avait bu... Il aurait bien envie d'en reprendre un.

Il fut interrompu dans ses propres pensées par le passage quasiment muet du fameux Paris, un Delta qu'il avait parfois croisé, sans plus. Il n'avait besoin de personne, comme la plupart des Deltas. En général, on ne se connaissait pas entre nous. Il passa donc, peut-être avait-il adresser un regard sans véritable intérêt à ce qui allait devenir son ancien collègue, comme tout à l'heure dans la salle d'attente. Mais Henrik n'avait pas su le voir, il l'avait observé pour sa part, s'en aller comme si de rien n'était. Vanger se demandait comment un homme pouvait faire ce genre de choses sans perdre une once de calme. Henrik était en réalité assez énervé d'être lui même à fleur de peau quand à sa décontamination.

Son pouvoir n'avait pourtant pas grand chose d'avantageux voire de désavantageux... Rien. Son pouvoir ne servait à pas grand chose hors de son travail. Son travail d'assassin, kidnappeur, criminel légal en fait... La guerre était finit et il était désormais temps pour les soldats de celle-ci de se demander pourquoi, de se demander ce qu'ils se devaient désormais de faire. C'était injuste pour eux. Henrik se sentait lui-même abandonné par un système qu'il avait chéri et protégé pendant longtemps... Ca n'était pas étonnant lorsque l'on savait qu'il avait perdu chacun de ses proches à cause d'une guerre pour laquelle il jouait lui même le rôle d'émissaire de l'ombre.

Il ne savait plus comment réagir. Paris était déjà un peu plus loin, les agents de la CIA viendraient surement dans quelques instants pour le ramener chez lui et lui faire signer quelques décharges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Homme en blouse blanche.
PNJ
PNJ
avatar

Masculin Messages : 6
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Mer 13 Oct - 17:24

Il lui adressa un léger sourire. Cet inconnu blond était un patient de plus. Il l'examina une fois de plus, tentant pour la dernière fois de déceler une différence apparente avec un homme normal. Rien. Alors comme ça, jusqu'à ce jour, son voisin aurait pu être contaminé il ne s'en serait même pas douté, tellement ils leur ressemblaient, comme des gens normaux . Sous sa blouse blanche il frissonna. Ils était partout et nul part à la fois. Indifférenciables. Mais c'était fini. Tant mieux.

Ce blond avala le remède d'un air las et partit le plus vite possible. Comme fuyant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abe.
> Fondatrice & Admine. The sardine (?) was sick.
> Fondatrice & Admine.  The sardine (?) was sick.
avatar

Féminin Messages : 973
Date de naissance : 31/12/1996
Age : 21
Date d'inscription : 02/12/2009
Virus : Omicron.
Pouvoir: : Donner son énergie vitale.
Age : 18 ans.

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Dim 12 Déc - 16:48

    Avait-elle le choix ?
    La réponse était claire et nette. Non.
    Abe avait été embarquée dans cette histoire de rebelles. Elle ne l'avait pas réellement désirée, ni refusée. Il s'était cru redevant. Elle n'avait que fait son devoir.

    C'était il y a quatre ans. Elle avait quitté l'Orphelinat depuis seulement deux semaines et elle s'y retrouvait encore une fois confrontée indirectement, même si elle ne l'avait pas su sur le coup. Elle jouissait a présent de la liberté. Avec insouciance et bonheur elle se voyait accorder le droit de déambuler dans les rues, de vivre sa vie. Loin. Très loin des murs de ce grand bâtiment. Elle n'y serait plus jamais enfermée. C'était la promesse sans avenir qu'elle s'était fixée, comme la plupart des ressortissant de ce lieu. Elle avait de bon souvenirs de cet Orphelinat si spécial, il fut bien mieux que le seul autre qu'elle ai connu. Passé la première année de haine, de peur et de dépression. La sérénité l'avait gagné. Ce n'était qu'un moment de plus dans sa vie, l'un des plus joyeux si elle ironisait. Ce fut l'une des rares choses a laquelle elle avait pu se rattacher. Quelque chose de stable. Qui n'allait pas s'envoler. Des murs qui ne quitteraient pas leur fondations d'un coup d'ailes, d'un coup de pied. Elle avait pu s'y raccrocher. Planter ses doigts pales dans la dureté de ces murs, sans que ceux-la en volent en éclats et la transportent dans un autre monde. De 8 a 14 ans, elle avait pu s'en remettre a cet Orphelinat.

    Et dans ces rues a l'odeur légère malgré emprunte des poudre, elle l'avait rencontré pour l'une des rares fois de sa vie. Ça avait été si vite. Si instantané. Si affolant. Si rassurant. Si banal. Et ça avait tant dérivé. C'était tant parti dans un tourbillon d'événements et une flaque de sang. Son corps, distrait, a l'esprit absent, avait rencontré le sien, hagard, faible, chancelant. Elle était tombé sous son poids et le poids de son choc. Des mots abstraits s'était échappés de sa bouche en une maigre excuse. Reflet de son âme qui s'échappait. Elle avait paniqué. Précipitamment elle l'avait poussé sur le côté usant de la force de ses maigres bras. Et de ses yeux si expressivement frappés elle avait découvert cette blessure. Celle par ou s'échappait la vie d'un inconnu dans lequel elle avait percuté. De ses mains encore tremblantes par l'effort et le choc elle avait déchiré le reste de t-shirt pour pouvoir contempler la meurtrissure d'un œil que l'on aurait pu croire avide de sang et de morbide. Jamais elle n'avait eu affaire a une chose aussi sérieuse. Jeune, elle ne s'était jamais risqué a des choses plus plus qu'une égratignure durant des tests répétitifs.

    Elle aurait pu se poser la question du pourquoi elle ferait ça alors qu'elle ne le connaissait même pas, qu'il l'avait peut-être mérité et que cette blessure était un châtiment a ses péchés. Inévitable. L'ayant rattrapé. Ce n'était pas dans sa nature. ce qu'elle faisait elle, c'était donner. Donner. Donner tout ce dont elle était capable. Sans demander en retour. Parce que on lui avait énormément donné dans la vie, beaucoup repris, mais elle ne gardait pas de ressentiments, dans sa mémoire n'était resté que la bonté de l'être humain. Et elle donnait. Elle l'avait effleuré de ses mains animées comme par spasmes le même sang que celui qui s'écoulait entre les commissures de ses lèvres. Puis plus confiante, comme si sa répulsion pour ce sang qui donnait une teinte un peu plus gore a sa vie s'était atténué, Abe déposa ses doigts sur sa peau a la fois agréablement fraiche et mortellement froide. Il n'y eu ni lumière ni effet spéciaux de mauvais gouts. Pourtant, tandis qu'elle se vidait de son énergie, lui arrêter de se vider de sa si précieuse hémoglobine.

    Mais une fois que le processus était en marche elle ne voulait pas s'arrêter, elle voulait le guérir entièrement et elle n'avait jamais fait autrement. Peut-être amoureuse du travail fini, contrainte par son pourvoir ou inconsciemment suicidaire. Peu a peu ses forces se déversaient dans cet autre corps. Mais il était hélas trop tard. Son énergie vitale la quittait tranquillement. Elle se dirigeait, guidée par la volonté de son ancienne maitresse. Et une fois la frontière de sa peau franchie. Se scindait. C'était la limite de son plateau de jeu. Maintenant elle errerait en territoire adverse. Et l'envahissait. Tandis qu'elle fuyait son royaume. Exode. Son énergie courait, courait, poussé par sa force mentale vers l'inconnu. Come on the Mayflower. Les particules parcourais un mince voyage sans épreuves, abandonnant la jeune fille au champ de bataille déserté, se vidant de ses soldats, activant autrefois ses muscles, nerfs et son cœur. Et une fois que le voyage était entrepris. La mer se refermait derrière eux, plus moyen de retour en arrière. Laissant le jour se coucher sur l'autre rive. Le soleil s'abaisser sur les lieu occupés auparavant. Et la nuit prendre place. Lentement. L'Ombre déployant ses tentacules avides sur sa conscience assiégée par l'obscurité.

    Ce fut le noir. Le désert d'encre abyssale. Puis peu a peu son damier se teinta de blanc. Ses carrés s'allumèrent. Un par un. Aveuglants de luminosité. Et c'est dans un lieu inconnu qu'elle se découvrit et redécouvrit l'inconnu. Elle l'avait sauvé d'après ses propos. D'après les sien elle n'avait fait que son devoir, ce que sa conscience lui dictait. On lui avait filé des pouvoirs magiques, autant en profiter.

    Et dire qu'elle était la pour les perdre. D'un pas mesuré elle franchit la frontière de l'antre médicale.

    Il lui avait alors proposé de modifier son don. Premièrement elle lui avait demandé pourquoi. Il lui avait répondu que c'était pour la remercier et qu'il fallait plus de gens comme lui pour faire cesser l'envoi des contaminés a la guerre. Et c'était a ce moment qu'elle commença a perdre le fil, ou plutôt le prendre. Trop innocente pour avoir deviné tout ce qui se tramait derrière sa prétendue libération. Elle n'y avait même pas songé un instant. Il lui raconta tout. Deuxièmement elle avait accepté. Dans un geste qu'elle avait cru définitif elle avait vu l'aiguille stérilisé s'enfoncer dans le creux de son coude et le produit épais s'infiltrer lentement dans ses veines.

    De la liberté liquide a ce qu'il lui avait dit. S'il savait.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x-omega-x.forumactif.com/index.htm
Homme en blouse blanche.
PNJ
PNJ
avatar

Masculin Messages : 6
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2. Lun 27 Déc - 18:18

Il était tard. Il regarda sa montre. Dire qu'il allait passer la nuit sans rien faire. il était de garde. En même temps il n'y avait que lui pour faire ça. Acceptant son labeur, il reposa ses fesses sur ce cher frigo. Le scientifique essaya de trouver une position confortable pour entamer sa nuit , mais après avoir remué dans toutes les positions possibles et imaginables il abandonna. Il fixa le siège moelleux des patient d'un œil noir. Eux avait le droit au beau petit fauteuil en cuir beige, tandis que lui devait se contenter du mini réfrigérateur inconfortable et abominablement dur.
Il s'approcha du siège mais recula instinctivement. S'assoir au même endroit que ces patients contaminés lui donnait froid dans le dos. Un petit frissonnement le secoua. Il allait s'assoir lorsque qu'il entendit le grincement de la porte du centre.

Il se précipita vers l'ouverture des draps tendus et sortit triomphalement. Il dirigea ses yeux vers la nouvelle venue et la dévisagea. Majeure. Brune avec des reflets mauves naturels. De grands yeux vert émeraude le fixait avec résignement. Il lui adressa un grand sourire charmeur, charmé par la frimousse délicate de la jeune femme. Il l'invita a rentrer en lui ouvrant galamment le passage. Souhaitant détendre l'atmosphère il lui adressa quelques mots réconfortants mais elle ne lui répondit pas. Vexé il se retourna pour fouiller dans sa réserve et en sorti une unidose de remède. Il lui fit prendre en silence.

Il la regarda partir précipitement avec regret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2.

Revenir en haut Aller en bas

Centre de décontamination, sujet principal de l'EVENT 2.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Town. :: Hospital. :: Centre de décontamination.-
News
15/02-Un sondage sur la taille des avatars est mit en ligne, votez ;) | Voir le sujet |
21/02- Voter ça rapporte ! | Voir le sujet |
Rps libres
1.
2.
3.
4.
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit