AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ni nouilles ni Virus [Pv Duke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Sam 11 Sep - 17:44

Ni nouilles
Ni Virus

suite à -ce- topic
après passage CdD Event 2 oblige

Valérie marchait avec Duke depuis un bon moment et commençait à avoir mal aux jambes. Avec un profond soupir qui lui fit souffler de la buée, rapidement suivi d'un frisson, elle rajusta sa veste autour d'elle. Ses douleurs à la tête l'empêchaient par moments de réfléchir correctement.

Il faisait noir et froid. Il allait bientôt être 11h, et seuls les lampadaires éclairaient leur chemin.

À ce moment là, elle regretta sincèrement son pouvoir. Ces balles chaudes et lumineuses qui l'accompagnaient toujours lorsqu'elle n'était pas sûre.

Mais ça, c'était du passé. Place au réel! Dans quelques années, elle aurait sûrement oublié la magie que lui avait imposé le virus et serait complètement ancrée dans le réel, qui l'avait toujours terrifiée. Son pouvoir, maigre lien qui la retenait aux livres de son enfance, s'était volatilisé, tout comme l'Autorité qui planait au dessus d'elle en attendant d'aller à la guerre. Malgré l'annonce de la fin de la guerre, elle était désemparée, au bord des larmes, sans trop savoir pourquoi. Son pouvoir était totalement inutile, mais c'était comme un petit animal qui l'avait toujours accompagnée et éclairée dans les moments d'incertitude. Elle ne pensait pas réagir comme ça quand elle avait avalé le remède. D'ailleurs, son esprit n'était pas clair lorsqu'elle avait prit l'antidote, rendu flou par le choc de l'accident et surtout, celui de la fin de la guerre. Après un moment, elle se serait sûrement rendue d'elle même au Centre de Décontamination. Oui, après un moment. Un bon moment, même. Un moment durant lequel elle aurait peut-être réfléchi à un plan de match après la perte de son pouvoir. Un moment durant lequel elle aurait acheté trois tonnes de livres pour s'y noyer après son passage au centre. Bref, elle s'y serait préparée. Mais là, c'était beaucoup d'un coup.

Heureusement, Duke était là, juste à côté. Il avait l'air complètement perdu et Valérie s'attendait à ce qu'il se réveille d'une seconde à l'autre, la laissant sur place et rentrant chez lui. Oui, elle lui servait plus à rien maintenant qu'il avait perdu le pouvoir de lire ses rêves et elle avait vachement peur qu'il s'en aille en la laissant toute seule, dans le noir. Déjà, ce n'était pas le genre de quartier dans lequel on s'amuse à traîner tout seul au milieu de la nuit, et puis elle aimait bien sa compagnie qui, là, en marchant jusque chez elle, la réchauffait intérieurement. Pourtant, son air distrait et parfois absent était devenu distant aux yeux de Valérie. Comment allait-il réagir lorsqu'il se rendrait pleinement compte de la perte de son pouvoir? Serait-il content de ne plus avoir à aller à la guerre? Aussi le regardait-elle furtivement d'un oeil anxieux toutes les cinq secondes.
Elle avait toujours évité les autres. S'attacher aux gens était synonyme de douleur pour Valérie. Il fallait surtout pas qu'elle s'attache à Duke, et le fond de son esprit lui criait de lui demander de rentrer chez lui mais elle ne se sentait pas du tout d'attaque pour se retrouver toute seule. En fait, sur le moment, c'était sa pire crainte, même si elle ne connaissait pas vraiment Duke. Juste un peu. Depuis 5h cet après-midi.

Inquiète, elle se massa la tempe pour atténuer son mal de tête. Instinctivement, elle passa sa main sur le devant de son sac comme pour s'assurer qu'il était bien là, plein de livres et de partitions.

Comme un médicament. Une sorte d'anti-déprésseur.


Dernière édition par Valérie Desrosiers le Sam 11 Sep - 18:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 12 Sep - 1:29

    C’était comme si un gros nuage blanc avait apparu dans sa tête depuis le contacte qu’avait eu son corps à l’antidote. Il se sentait vide. Seul. Abandonné. Impuissant. Des images joyeuses et tristes de durant sa vie cessaient de passer devant ses yeux. Pourtant, aucun souvenir avait été gravé dans sa mémoire. Les images étaient si claires. Tellement réalistes. Il doutait presque qu’ils soient réels. Presque. Car il le savait. C’était impossible. Le reflet de ses huit ans disparu, tout comme l’expression qu’il avait porté en acceptant sa première fiche de payement, ses premiers sketchs, ses ballades. Sa tête tournait. Avait-il mal à la tête ? Ou était-ce imagination ? Quel était donc cette pression qu’il sentait ? Marmaduke ne savait pas ce qu’il faisait. Il ignorait son emplacement. Ses jambes le portèrent en mode automatique. La chaleur d’un autre être humain le guidait. Il était perdu.

    Le noir qui l’entourait était comme une gifle dans le visage. Une acclamation brutale d’un tout puissant. La nuit est son élément. La nuit était son élément. Son esprit recherchait les fenêtres des gens, mi-ouvertes. Il fouillait leurs tête mais ne vu rien. Il lança des regards désespéré vers les maisons à ses côtés, mais rien ne fut. Pas de clowns hystériques. Pas de fêtes d’anniversaires. Pas de paysages éblouissants. Rien du tout. C’était le grand vide dans sa tête. Même pas un sifflement. Ses pieds traînaient. Il avait du mal à marcher. Il avait l’impression de porter une tonne de sable sur son dos. Son corps était devenu si lourd…

    Comme si les ombres démoniaques de la nuit ne le torturaient pas encore assez, Duke se réalisa soudain ce qui tourmentait son dos. Avec une rage incroyable, il enleva son sac à dos, le jetant par terre brusquement. Ses genoux se laissèrent tomber sans prévenir. Il n’arrivait pas à ouvrir son sac dès le premier coup – dut de la rage avec laquelle il avait essayé de le faire. Mais en tirant assez, le sac s’ouvrit. Et c’est à ce moment là qu’il regagna plus ou moins son calme. Son souffle ralentit. Ses yeux perdurent vu de son environnement. Le focus clairement étant les onze pièces d’art perdu qu’il avait transporté. Sa main s’agrippa à son sac, puis il caressait la couverture d’une de ses œuvres. Un rêve perdu. Un rêve mal vécu. Un rêve qui ne se réalisera jamais. En sortant la BD du sac, il eu mal à retenir ses émotions. Le vide qu’il sentait était tellement ambulant que ça devenait difficile de l’ignorer. Sa vue devenait trouble pendant qu’il parcouru la BD. Les pages étaient encore lises. Encore nouvelles. Et pourtant… c’était devenu vieux entre temps. Ce truc était un souvenir désormais. Il n’en avait plus besoin.

    Sa main tremblait en tenant la page par la pointe. Mais il était déterminé. Le passé était passé. Duke déchirait les pages de sa BD en grinçant les dents. Il n’avait même pas remarqué les larmes chaudes qui coulaient le long de ses joues.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 12 Sep - 5:11

    Valérie sursauta en sentant Duke arracher son sac de son épaule, près d'elle. Elle fit un écart par réflexe et lorsqu'elle se retourna vers lui, il était agenouillé sur le béton du trottoir et tirait comme un forcené sur la fermeture éclair de son sac, qu'il finit par ouvrir avec rage. Sur le coup, elle fut un peu effrayée de cette attitude et attendit un peu avant de se rapprocher de lui. Il s'était un peu calmé, sa respiration était plus lente, il passait doucement sa main sur la couverture d'une de ses B.D qu'elle n'aurait probablement jamais l'occasion de voir. Cette image lui rappella un fumeur qui n'a pas eu sa dose quotidienne et qui, après une première bouffée de toxine, retrouvait un semblant de calme.

    Tremblante, elle le regarda ouvrir et feuilleter son oeuvre, voyant vaguement les dessins qui, au final, les avait tous deux rassemblés ici, sur ce trottoir sombre entre deux lampadaires, eux même éclairant une route qui séparait deux immeubles de briques sales. Valérie eut, sur le coup, envie d'être quelqu'un d'autre. Une personne aisée vivant dans une belle maison, qui n'a jamais été affectée par le virus et se réjouissant de la fin de la guerre, prometteuse de paix et de sérénité. Mais ça, c'était irréel, un rêve éveillé que Valérie ne connaîtrait jamais, ça, elle en était certaine.

    Duke se mit à déchirer les pages de sa B.D. Lentement. Une à une. D'abord, Val l'observa, consternée. Pourquoi faire ça? Ce n'était pas en détruisant son oeuvre qu'il oublierait ce à quoi se résumait sa vie. Si c'était ça qu'il pensait, il se trompait, c'était une illusion. Une pensée éphémère qu'il regretterait bien vite. Elle était sûre de ne pas se tromper en affirmant qu'il n'oublierait jamais son pouvoir et qu'il serait d'ailleurs mieux d'en garder des souvenirs matériels au lieu de tout détruire. Que ferait-il si il en venait à en oublier les détails que lui offrait son don avant la prise de l'antidote?

    Elle s'accroupit près de lui et posa sa main sur son bras, sans forcer pour l'arrêter, juste comme une suggestion. Un suggestion insistante. Elle s'efforça de croiser son regard et voulut lui dire qu'il n'était pas tout seul, qu'elle était là et qu'elle voulait l'aider d'une manière ou d'une autre, mais elle s'avéra incapable de prononcer ces mots et s'en remit donc à son regard pour lui transmettre le message.

    « Tu ne devrais pas faire ça. » murmura-t-elle avec des trémolos dans la voix.

    Non, il n'avait pas le droit de faire ça. Il avait consacré tout son temps à cette B.D, tout son temps, son imagination et son talent. Comment pouvait il oser déchirer son monde imaginaire sans lequel il n'aurait su vivre ces dernières années? Son monde inspiré du réel, son gagne-pain de tous les jours? C'était comme si Valérie brûlait les romans de son enfance, dans lesquels elle se réfugiait chaque jour et dont elle ne s'était jamais séparée et ne se séparerait jamais. C'était inconçevable pour Valérie, une insulte déplorable, comme se servir de quelqu'un pour le laisser tomber ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 19 Sep - 17:39

[ HJ : Désolé, c'trop nul xD ]

    « J'en suis pas capable... » murmurait-il. « J'ai toujours vécu avec ce don. »

    Marmaduke Cade avait en effet vécu avec ce don pendant de longues années. Ça l'avait aidé à échapper de la lourde réalité du monde extérieure en créant un monde d'illusions et de sécurité. Il n'avait jamais vraiment prêté attention à son pouvoir de cette manière, mais en se réalisant que c'était comparable à un antidépresseur ou même un moyen de perdre le stress… et qu'il n'avait plus cette issue de secours...C’était une idée insupportable. Il se sentait exposé - et ce n'était pas un sentiment qu'il reconnaissait. Duke était le genre de personne à ne pas perdre le sourire no matter what. Enfin, c’était ce qu’il croyait.

    Il sentait la main de Valérie qui se reposait sur son bras et ne fit pas d’effort de la bousculer. Par contre, il avait cessé de toucher à ses BDs en entendant c’est paroles. Si c’était horrible de les détruire, il les rejetterait. Et c’est bien ce qu’il fit. Duke se leva, considérablement avec un peu de difficultés, et fit quelques pas vers la poubelle qu’il vit un peu plus loin. Une fois arrivé, il y vidait son sac, sans hésitations. La nuit silencieuse était désormais devenue bruyante. Duke eu l’impression de sentir de la compassion de son entourage en sentant l’eau couler sur son visage. Il plut. Les anciennes larmes s’effacèrent, rendant le visage de Duke un peu moins misérable.

    Remercie la pluie, Duke. T’as l’air moins con, comme ça.

    Un grand soupire, puis deux, et ses jambes l’emportèrent vers une destination inconnue. Les bâtiments qu’il passait avait tous l’air d’être inhabités, bien qu’il savait que ce n’était pas le cas. Même vu d’ici, il eu l’illusion d’entendre les cris, ronflements ou soupires des habitants. Avant-hier encore, il s’aurait amusé à grimper sur les toits des gens pour s’approcher de ses cibles. Certes maintenant, il était comme eux. Pauvre et indifférent. Normal. Si ce mot était vraiment bien choisi. Car il fallait quand même l’avouer… était-il encore comparable aux autres, ayant vécu toutes ses années avec quelque chose que l’humanité aurait oublié dans cinquante ans ? Est-ce que cette période était souvenirs et passé depuis qu’il l’avait eu ? Si… insignifiant ? Si… nul ? C’était difficile d’accepter, sachant que des milliers d’enfants et adultes eurent vécu ainsi. Duke se demanda qu’allait faire les autorités dès maintenant. Si la guerre avait pris sa fin, si le monde était redevenu stabile, si tout le monde était vraiment égaux… regagneraient-ils tous leurs libertés ? Leurs maisons ? Leurs vies ?

    Qu’allait-il se passer ?

    « Numéro 26, hein ? »


---------------------------------------



Dernière édition par Duke le Dim 19 Sep - 19:41, édité 1 fois (Raison : Balises 8D)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 19 Sep - 18:41

    « J'en suis pas capable... J'ai toujours vécu avec ce don. »

    Valérie le regarda. Une fois debout, elle sentit des gouttes s'écraser sur son visage.
    Elle ne dit rien lorsqu'il vida son sac dans la poubelle la plus proche, avec un geste franc et déterminé. Elle ne s'en inquiéta pas, persuadée qu ses B.Ds ne resteraient pas bien longtemps dans cette poubelle... Que ce soit lui qui aille les repêcher, ou elle, tout simplement. Puis, il reprit le chemin et elle le rattrapa en courant pour se remettre à son niveau et marcher avec lui.

    Ils marchèrent ainsi un petit moment avant d'arriver devant son immeuble.

    « Numéro 26, hein ? »

    "Ouais." répondit Valérie sans le regarder.

    Elle saisit sa clé, la tourna dans la serrure qui menait dans le petit hall en bas de l'immeuble et se mit à monter l'escalier en s'assurant que Duke la suivait. Les marches étaient en métal et le bruit de leurs pas résonnait dans la cage d'escalier qui s'étendait sur dix niveaux. Sur les paliers, une vieille moquette grise reposait sous les paillassions hérissés de tiges en plastiques, d'épaisses plaques de tissu ou même parfois, de simples torchons. Six étages plus haut, elle prit une autre clé pour ouvrir la porte de son appartement. Une suite de gestes monotones et mécaniques que Valérie faisait sans même y penser.

    Pensive, elle franchit le seuil de l'entrée. D'un geste machinal, elle frappa l'interrupteur et la lumière vacilla avant de s'allumer franchement, accompagnée du grésillement électrique auquel Val ne faisait plus attention, comme on oublie le grondement d'un frigo.

    "Installe-toi, Duke." dit-elle en désignant le divan-lit replié, au milieu de ce qui semblait être un salon.

    L'appartement était propre, les murs blancs, les fenêtres grandes et ne contenait que deux portes: La salle de bains et un placard qui lui servait de garde-manger. Tout le reste étaient concentré en une grande pièce, avec la cuisine dans un coin, le salon-chambre dans l'autre et une table au milieu, pas loin de l'entrée qui ne devait pas faire plus de deux mètres carrés. Mais surtout, sur les murs du "salon", s'étiraient des petites étagères Ikea remplies de livres en tout genre et de cahiers de partitions. Et juste à côté, une chaîne hi-fi depuis laquelle pendait un fil qui semblait servir à brancher un iPod.

    "Est-ce que tu as faim?" demanda Valérie avec intêret, sans plus aborder le sujet du Virus. " J'ai de quoi faire des sandwichs, de la soupe, des sushis, des spaghettis..." énuméra-t-elle en fouillant le frigo.

    Son but, pour le moment, était de le remettre en forme et de l'installer confortablement. Alors, il pourrait peut-être voir l'avenir avec un peu plus d'optimisme, éloignant un maximum la déprime. Après, ils pourraient reparler du Virus et voir ce qu'ils pourraient faire. Bref, de quoi le retenir le plus longtemps possible ici et le rassurer comme elle pouvait.
    Mais c'est beaucoup plus compliqué que ça... pensa Valérie avec amertume en ouvrant un placard afin de lui trouver une couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Lun 20 Sep - 23:09

    Le bruit de la clé qui rentre dans la serrure était un son familier. Les escaliers n’avaient pas autant grincé, l’odeur des nouilles n’y régnait pas et la porte était un peu plus stabile, mais la sensation de rentrer dans un lieu privé était tout aussi reconnaissable pour Duke. Ca le calmait un peu. Un peu. S’approcher d’un nouvel environnement aidait approximativement à le faire oublier ce qui s’était passé dans l’heure précédente, mais le mal était déjà fait. Il se sentait vide.
    Enfin… vide ne veut pas dire naïf. Il avait très bien remarqué les efforts que fit Valérie, et s’il ne répondait pas, ça signifiait que du progrès – dans la mesure du possible.

    « Installe-toi, Duke. »

    Il obéit passivement, comme un chien dressé. Le divan n’était pas aussi confortable que celui qu’il possédait à la maison, mais c’était sûrement une question d’habitude. Les gens ont tendance à préférer ce qui leur appartient – égoïste et fière qu’ils soient. En voyant le contraste que portait l’appart net et organisé de Valérie par apport à sa propre porcherie, il regretta presque de l’avoir invité à rentrer. Un sourire misérable lui venait aux lèvres. Que pourrait-elle bien penser de lui ? Les courtes impressions qu’il lui avait données dans les heures passées ensemble étaient un bel abrégé de son caractère – négatif et positif. Même s’il aurait voulu se montrer plus fort et plus certain de lui-même. Parce que là… il se sentait un peu incapable.
    Valérie a eu la même expérience que lui, et pourtant, elle se tenait forte. Peut-être elle se sentait aussi brisé inférieurement – qui sait ? – mais au moins elle se comportait comme l’aurait voulu Duke. Comme si rien n’était.

    Simpliste, nan ?

    Il se pencha en avant, fouillant le sol de son regard, mais ses yeux s’arrêtèrent au niveau de ses pieds. Ses coudes se reposèrent sur ses genoux pour mieux soutenir sa tête, qui semblait lourde tout à coups. Il fronça en revisualisant la scène dans la rue. Ce n’était pas du tout dans ses habitudes de se montrer si vulnérable… Bien sûr, les circonstances avaient été différentes, mais même ! D’habitude, c’était lui qui faisait la psychologie, et pas inversement.

    « Est-ce que tu as faim? J'ai de quoi faire des sandwichs, de la soupe, des sushis, des spaghettis... »

    La question le surprenait. Il semblait un peu avoir oublié la faim qu’il avait. Pourtant, en entendant l’énumération des repas candidats, son appétit remonta. Il aurait la chance de goûter aux goûts plus sophistiqués que des nouilles primitifs du resto chinois de Taeng Fong. Aurait-il remarqué, le vieux, s’il aurait rentré dans cet état ? Est-ce que quelqu’un aurait vu la différence qu’il sentait si profondément ? Probablement pas. Ça ne se voyait pas extérieurement. C’était quelque chose de psychologique. Mental. Du genre qui l’intéresse. L’intéressait. Ce truc changera sa vie. Il devrait prendre l’habitude à penser différemment – voir les choses d’une autre perspective, ou il se perdrait encore.

    « Euh… j’ai pas trop faim en fait. » mentit-il. « Ça passe avec les heures… »

    M’ouais. Ton ventre nous dit quelque chose d’autre.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Mar 21 Sep - 1:10

    Elle le regarda un bref instant, il avait l'air un peu perdu.

    « Euh… j’ai pas trop faim en fait. Ça passe avec les heures… »

    Elle le regarda d'un air soupçonneux, sourcils froncés. Bon. S'il le dit.

    Valérie fouilla encore un moment dans le placard avant d'en sortir une couverture douce et chaude, de couleur bleue, pliée. Elle alla la poser sur l'accoudoir du divan et déclara d'un ton neutre:

    "Si jamais tu as froid. Le chauffage met trente ans à s'enclencher, ici... Alors fais comme chez toi."

    Sur quoi elle alla monter le thermostat, qui affichait 17 degrés. Mais la chaleur de la cuisinière la réchaufferait pendant qu'elle préparerait la soupe. D'ailleurs, elle était prête à parier que Duke n'avait jamais à enclencher de chauffage chez lui. Si l'odeur montait de la cuisine, pourquoi pas la chaleur de la cuisson?

    Comme si de rien était, elle vida au complet le bouillon de soupe poulet/oignons dans la casserole et jeta un coup d'oeil furtif à Duke, derrière elle. Ses B.Ds réapparurent dans un flash de son esprit et elle se sentit soudainement plutôt mal à l'aise, sans trop savoir pourquoi, avant de pousser un long soupir qui résumait clairement la soirée, puis se remit à tourner la cuillère dans la casserole qui contenait assez de bouffe pour nourrir tout un régiment. De toute façon, elle supposait que Duke allait bien finir par manger quelque chose.

    Elle ouvrit un paquet de chips et alla le rejoindre sur le divan, lui proposant l'ouverture du sac.

    " Tu es sûr que tu veux pas quelques sushis pendant que ça cuit?"

    Elle sourit. Valérie est folle des sushis. C'est épique de la voir manger des sushis. On dirait un chat avec de l'herbe à chat.

    "Pcque j'en ai beaucoup tu vois, et si tu peux m'aider à les finir... Et je parie qu'en fait, tu crèves la dalle! Un gars comme toi, se passer d'un repas?

    C'est bien connu, les gars c'est des gros morfales, faut pas tomber dans leur assiette.

    "Et puis c'est pas bien sauter des repas."

    Et puis il se sentira beaucoup mieux après avoir mangé. songea Valérie, se rappelant avec amertume de ses périodes de déprime qui l'assaillaient autrefois, quand elle n'avait pas assez mangé. (Ou pas mangé du tout.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Mar 21 Sep - 21:01

    Hmm... Elle ne le croyait pas à cent pour cent, lui semblait-il. Les sourcils froncés et le sourire soupçonneux étaient la preuve ultime. Mais Duke était têtu.

    « Si jamais tu as froid. Le chauffage met trente ans à s'enclencher, ici... Alors fais comme chez toi. »

    Han ! S'il avait des difficultés d'accepter de la nourriture, ce n'était pas seulement parce qu'il n'avait pas l'envie de manger, mais aussi parce qu'il se gênait. Être dans la maison de quelqu'un d'autre était déjà quelque chose d'inhabituel. Il ne fallait pas en rajouter les 'fait comme chez toi' rituelles, car il savait qu'il n'allait pas se sentir confortable 'comme chez lui'. C'était dur d'accepter la gentillesse de Valérie. Bon, peut-être c'était complètement normal aux yeux d'autres invités, mais Duke n'aimait pas profiter des autres. Il trouvait ça hypocrite... même si son estomac le contredisait avec assez de conviction. Les bruits qu'il créa faisaient remonter son sang vers ses joues.

    Mais c'est vrai qu'il faisait plutôt pas chaud.
    Tout de même, la couverture restait bien pliée au coin du divan.

    Valérie s'était installé derrière sa cuisinière, préparant god-knows-what mais ça sentait bon. Il fut presque tenter d'aller visionner quel que soit le truc qu'elle créait, mais décida de rester assis à la dernière minute. Ce n’était pas mobile tout ça...

    Soudainement - enfin, nan, pas soudainement, mais Duke eu l'impression que tout ça se passait très vite, comme si son sens de temps était endommagé - la jeune fille le rejoint à ses côtés, gardant un paquet de chips en main. Tentant... mais nan.

    « Tu es sûr que tu veux pas quelques sushis pendant que ça cuit? Pacque j'en ai beaucoup tu vois, et si tu peux m'aider à les finir... Et je parie qu'en fait, tu crèves la dalle! Un gars comme toi, se passer d'un repas? »

    Haha ! Il était bien le point de vue. C'est vrai qu'il avait du mal à ne pas se lever pour dévorer tout ce qui se trouvait dans le réfrigérateur de son hôtesse, mais il fallait rester civil... nan ?

    « Et puis c'est pas bien sauter des repas. »

    « On dirait presque que tu insistes. » sourit-il.

    L’idée d’une Valérie vêtue d’un tablier de cuisine, avec la cuillère de soupe en main, tout en tapotant du pied comme une mère impatiente l’amusa.

    « Oublie les sushis par contre… Jamais été fan. »



---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Mer 22 Sep - 1:02

    « On dirait presque que tu insistes. »

    Ses yeux s'ouvrirent tout grand et son sourire s'élargit. Acceptait-il une partie des cinquante litres de soupe/bouillon/poulet/oignons qui étaient en train de cuire?

    « Oublie les sushis par contre… Jamais été fan. »

    Enchantée, elle bondit vers la cuisine en déposant le sac de chips sur les genoux de Duke. À force de touiller le bouillon dans la casserole, le remuer, tournicoter la cuillère à l'intérieur, la bonne odeur s'était répandue dans toute la pièce. Dix minutes plus tard, elle versait la soupe dans deux grands bols, qu'elle déposa sur la table, avant de retourner chercher un dessous de plat pour la casserole et une baguette de pain avec du beurre... Et surtout, une petite assiette de sushis pour elle. (Eh oui.)

    Plan de match: Forcer Duke à s'empiffrer comme un ours qui sort de l'hibernation, attendre que le chauffage ait atteint ses 23°C habituels... Et alors peut-être, réaborder le sujet du Virus qu'ils venaient tous deux de perdre. Mais pour quoi faire, exactement? Elle n'était pas certaine que ce soit une bonne idée de remémorer la soirée à Duke, qui viendrait d'elle même à son esprit après un moment. De toute façon, elle ne pouvait rien faire de plus pour l'aider. C'était bien beau de casser du sucre sur le dos des Alphas, mais la situation était trop pénible pour prendre plaisir à ce genre d'enfantillages et surtout, cela n'arrangerait pas les choses. Que faire pour lui faire voir la situation avec plus d'optimisme?...

    Étalant une épaisse couche de beurre sur un gros morceau de pain, elle était pensive. Elle avala goûlument une quinzième cuillérée de soupe et la seconde d'après, elle trempait le pain dans le bouillon et en arracha la moitié de ses dents. Un peu à la manière d'un adolescent qui dévalise frigo et garde-manger, pleins à craquer et qui trouve toujours à dire qu'il y a "rien à bouffer". T'saaais, ce genre de personne qui engloutit deux litres de lait en quinze minutes et qui a encore faim après... Tu visualises? Bah voilà, c'est Valérie.

    Donc, elle était pensive. Ouais. Elle pensait à ce que ferait Duke si il ne pouvait plus faire de B.Ds. Sûrement un petit travail on-ne-sait-où, au salaire minimum, de quoi se payer à bouffer et son appart'. Ça se faisait très bien. D'ailleurs, Valérie vivait de ses petits concerts en pleine rue dans les quartier riches, qui lui refilaient un max de cash. 'Fin bon, un max c'est une façon de parler... Juste pour dire qu'ils ne se contentaient pas d'une pièce ou deux mais vidaient toute leur monnaie. Mais bon, c'était sympa à faire... Puis elle travaillait parfois ailleurs, faisant des petites livraisons d'un peu de tout avec son vieux vélo - qu'elle irait rechercher devant chez Duke un autre jour, si il n'était pas plus abîmé qu'il ne l'était déjà avant - et puis elle s'en sortait très bien. Duke n'aurait pas de mal à survivre, elle n'en doutait pas. Mais son moral, lui?

    Valérie ne souffrait pas trop de la perte de son pouvoir, car elle ne s'en servait pas tous les jours. Ce n'était pas une manière de vivre. Mais Duke lisait dans les rêves, c'était, à ce qu'elle avait compris, un automatisme. Depuis plus de vingt ans, il voyait les rêves des autres et s'en inspirait continuellement dans ses pensées. L'idée de perdre ce pouvoir était l'équivalent de "Subitement, devenir aveugle" pour Valérie. Ne plus pouvoir lire? Ni livres ni partitions? Elle frissonna.

    Le chauffage tapait 22°C.

    Non... Vaudrait mieux attendre qu'il ait terminé sa soupe.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Mer 22 Sep - 17:52

    Elle avait l’air satisfaite en retournant vers la cuisine. Ou joyeuse. Ou seulement ravis. Duke n’avait que la possibilité de deviner ce qu’elle pouvait bien penser. Il avait déjà eu la chance de capter un de ses rêves précédents au début de leur rencontre, ce qui l’avait aidé en crée un profil général de son nouvelle amie. Parce que Valérie était déjà une amie, nan ? Ou était-elle encore une étrangère ? Quelqu’un qu’il connaissait que de vu ? Il s’en doutait. Bien sûr que non. Sa relation avec la blonde – qu’il connut que depuis quelques heures, puis-je repréciser – ressemblait bien trop aux liens qu’il avait eu à l’orphelinat avec ses jeunes amis de ce temps. Un peu cobaye, un peu source d’inspiration, un peu trop intéressant pour nommer normal. Ouais. C’était ça.

    Ca le plaisait.

    Duke regarda curieusement dans le sac de chips. Il ne restait pas beaucoup. L’avait-elle déjà ouvert avant, ou… mangeait-elle comme – euh – un garçon adolescent hormonal ? Cette fille était surprenante. Enfin. Il déplaçait le sac vers le côté du divan, sur la couverture plié, et remercie les cieux pour la température qu’il sentit monter avec les minutes. L’odeur dans la cuisine aussi d’ailleurs. Il ignorait toujours quels étaient toutes ces odeurs – son odorat avait sûrement été traumatisé à cause des odeurs de nouilles and co. Chinoises qui circulaient dans son appart.

    Valérie était revenue – avec deux bols de soupe en main – mais disparu presque aussi vite qu’elle était venue. Bye-bye. Ah nan. Elle retournait, tout finalement. Avec… encore à manger. Bien, c’est vrai qu’il avait un creux, mais il n’était pas encore prêt à attaquer la bouffe comme un homme de caverne mal élevé. Il remarquait qu’elle avait aussi déposé du pain et du beurre à table, et se demanda combien de gens mangèrent leur soupe de cette manière. Personnellement, il n’utilisait même pas une cuillère – et il se gênait presque pour autant en soulevant le bol de soupe (chaud bouillant) et en l’apportant près de ses lèvres. Comme un bol de céréales encore moitié rempli de lait (et de reste de céréales difficile à attraper avec la cuillère, tellement qu’ils étaient devenu petit en flottant dans le lait), il buvait la soupe dans une douzaine de gorgés. Il espérait avoir été poli, ignorant les manières de tables comme ça, mais supposa que Valérie ne lui prêtait pas attention. Elle semblait avoir pleins de choses en tête.

    Peut-être aurait-il su de quoi elle pensait s’il avait vu un peu plus l’autre fois. S’il ne se serait pas arrêté, craignant de faire intrus dans sa tête, il aurait peut-être découvert quelque chose qui expliquerait pleins de petits détails à propos d’elle.

    Si seulement.

    « Dis-moi, Valérie, » commença-t-il soudainement en déposant son bol sur la table. « Qui était l’homme auquel tu pensais tantôt ? »

    Un silence s’abattu dans la conversation. Mais Duke était résolu. Si ce truc était vraiment le dernier rêve qu’il aurait vu dans la longueur de sa vie mortel, il était persuadé d’en connaître les détails. Qu’elle le veuille… ou pas.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Jeu 23 Sep - 0:40

    « Dis-moi, Valérie, »

    Elle leva la tête vers lui, comme un teckel qui répond à son nom. (...)

    «Qui était l’homme auquel tu pensais tantôt ? »

    D'abord, elle ne comprit pas la question. Les cinq heures tapantes de l'après-midi, qui marquaient sa rencontre avec Duke, semblaient remonter à des années en arrière. Quel homme?
    Ah oui... Celui de ton rêve! En voilà une excellente question. Qui était cet homme, exactement? Le salaud qui m'a mis à l'Orphelinat. Ouais, mais encore? Il foutait quoi dans la vie, lui? Bah... Il emmerdait le monde en les envoyant crever dans des Orphelinats. Non mais, sérieusement? J'en sais rien.

    À bien y penser, le gars en question devait être un Delta dévoué et travaillant, qui ramassait les gamins dans la rue comme un policier après le couvre-feu... Ou bien un Bêta qui était une fois sorti de l'Orphelinat pour on-ne-sait quelle raison et qui était tombé sur un bébé blondinet étalé dans la neige qui allait mourir de froid. Ou bien un adorable p'tit vieux qui ne connaissait pas le but de cet Orphelinat et qui pensait bien faire, ou quelqu'un d'autre. Peu importe, en fait. 'Valait mieux éviter d'y penser, bien qu'elle se soit demandé plusieurs fois si son nom était inscrit sur son dossier. De toute façon, avec la fin de la guerre, son dossier devait avoir été détruit, comme tous les autres.

    « C'est celui qui m'a mit à l'Orphelinat. Mais je ne sais pas du tout ce qu'il faisait exactement, qui c'était ni à quoi il ressemblait. En tout cas, j'espère pour lui qu'il est mort et qu'il a bien souffert.»

    Sur cette déclaration sadique, elle bondit à la cuisine pour revenir avec un paille, avec laquelle elle siphonna le fond de son bol dont la forme ne l'aidait pas pour aller récupérer le fond de soupe qui y restait avec la cuillère. Puis, elle réfléchit un bref instant et se resservit une louche de soupe, qu'elle engloutit en quelques coups de cuillère et s'attaqua à ses sushis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Sam 25 Sep - 16:58

    Elle n’avait pas l’air d’avoir compris les premières secondes qu’il la regardait – yeux fixés sur ses lèvres pour voir si elle hésitait en répondant. Valérie avait le regard pensive, mais pas hésitante.

    « C'est celui qui m'a mis à l'Orphelinat. » lui dit-elle comme si c’était quelque chose de très simple. « Mais je ne sais pas du tout ce qu'il faisait exactement, qui c'était, ni à quoi il ressemblait. En tout cas, j'espère pour lui qu'il est mort et qu'il a bien souffert. »

    Sa réponse le surprit.

    « Il faut quand même détester quelqu’un à un certain niveau pour le souhaiter la mort… » Pensa-t-il à haute voix. « Pourtant… n’est-ce pas la personne qui t’as donné ton euh – don, indirectement ? »

    Vouloir la mort de quelqu’un n’était pas quelque chose qu’il avait vu dans le caractère de Valérie. Avait-il loupé la haine qu’elle ressentait envers l’Orphelinat ? Pourtant, ne devrait-elle pas être reconnaissante envers cet homme ? Comme Duke… ?

    Il n’avait haït la personne qui lui avait fait ça. Il en avait toujours vu le côté positif. La vie en rose, quoi. Qu’aurait-il fait s’il avait vécu avec cinq sœurs ? Il aurait sûrement dû chercher un travail intensif pour s’occuper de ses petites sœurs. Que ce soit dans les districts louches et pas accessibles pour les pauvres petits gamins de six ans, ou que ce soit dans les rues des riches où il se serait probablement intégré à fur et mesure. Sa vie n’aurait pas été la même. Donc d’un point de vue, il remercia ses parents de l’avoir lâchement vendu à l’orphelinat. C’était quelque chose qu’il avait accepté dès son enfance. Duke, tout petit et tout innocent, petit rêveur et petit philosophe. Nan, l’Orphelinat ne l’avait pas fait de mal. Elle l’avait formé en tant qu’adulte. En tant que la personne qu’il était maintenant.

    En voyant les choses de ce points de vue pour la première fois dans de nombreuses années, il se dit que peut-être – peut-être perdre son pouvoir était une partie de sa vie aussi. Il devrait être reformé d’une autre manière. Comme un robot qu’avait un peu perdu le sens de ses obligations. Fait ceci, fait cela. C’était devenu un automatisme. Perdre son don était peut-être quelque chose de positif. Il pourrait recommencer autrement. Ou… non. Pas recommencer. Impossible de recommencer. Il pourrait continuer.

    Oui. Vu comme ça, ce n’était pas trop mal tout finalement.

    Peut-être il noyait ses émotions en cachant le mal qu’il avait à accepter son nouveau destin. Peut-être il avait vraiment pris la paix avec la décision faite pour lui. Qui sait… C’était fort improbable, sachant que l’envie d’éclater en sanglots était toujours présente, mais sa propre philosophie l’avait sûrement aidé à mieux comprendre la situation. Et ça… c’était quelque chose de nécessaire.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Mer 6 Oct - 0:59

    « Il faut quand même détester quelqu’un à un certain niveau pour le souhaiter la mort… Pourtant… n’est-ce pas la personne qui t’as donné ton euh – don, indirectement ? »

    Elle leva à nouveau les yeux, quelque peu surprise. Il avait l'air de trouver bizarre qu'elle lui en veuille d'avoir sacrifié dix ans de sa vie dans un Orphelinat strict qui, une autre décennie après l'avoir libérée, l'aurait envoyée mourir à la guerre. La seule compensation de tout ça avait été son petit don qui ne faisait pas le poids de tous les inconvénients et qui, en somme, était digne de celui d'un Delta: Tout simplement inutile, même si c'était tout de même agréable de le savoir là. Mais pour ça, si on avait donné le choix à Valérie entre passer dix ans en Orphelinat et aller mourir à la guerre mais avoir un joyeux petit don et ne pas avoir de don et être sûre de ne pas aller au combat, Val aurait tout de suite choisi la deuxième option et ce serait tout simplement acheté un chien pour remplacer cette présence agréable qu'avait été son pouvoir.

    "Eh bien en fait, vu le don que j'avais, ce n'est pas la compensation idéale puisque j'aurais pu aisément me passer de lui et ne jamais aller à la guerre si on m'avait donné de choix. Mais bon, ce n'est plus un problème, maintenant." répondit-elle allègrement.

    Elle n'attendit pas qu'un regard interrogateur prenne place dans ses yeux pour préciser:

    " Je pouvais faire des balles de lumière... Chaudes, froides, molles comme un oreiller, dures comme du verre, douces comme du velour, rebondissantes, petites ou grosses, plus ou moins lumineuses... C'est le genre de bêbête sympahique qu'on aime bien savoir là, un peu comme un chat." décrivit elle en imagant avec ses mains, un sourire aux lèvres et le regard fixe sur ce qu'elle imaginait entre ses paumes comme si elle pouvait encore les voir.

    "Mais disons simplement que ce n'était pas essentiel à ma survie."conclut-elle simplement.

    Puis, elle saisit ses baguettes, lui adressa un regard brillant accompagné d'un grand sourire et fondit sur ses derniers sushis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Ven 8 Oct - 18:50

    « Eh bien en fait, vu le don que j'avais, ce n'est pas la compensation idéale puisque j'aurais pu aisément me passer de lui et ne jamais aller à la guerre si on m'avait donné de choix. »

    Donc elle n’avait pas un don qu’elle voyait comme importance numéro un.

    « Mais bon, ce n'est plus un problème, maintenant. »

    Il n’eut même pas le temps de demander pourquoi.

    « Je pouvais faire des balles de lumière... Chaudes, froides, molles comme un oreiller, dures comme du verre, douces comme du velours, rebondissantes, petites ou grosses, plus ou moins lumineuses... C'est le genre de bêbête sympathique qu'on aime bien savoir là, un peu comme un chat. »

    Valérie faisait de petits gestes pour visualiser le genre de bulles de lumière qu’elle put crée, mais Duke avait du mal à comprendre. C’était quelque chose de trop abstrait, trop différent de son propre don. Il avait toujours eu des difficultés avec les dons qui n’étaient pas mental. Avec lui, tout se passait dans la tête – ce n’était pas comme un mode qu’on pouvait déclencher en appuyant sur le bouton ON. Quelque chose d’inférieure. De pensive.

    « Mais disons simplement que ce n'était pas essentiel à ma survie. »

    Sa conclusion était tellement nette que Duke regretta de s’être comporté comme un petit enfant de 5 ans plus tôt. Il avait été instable, et se gêna complètement de ce fait. * J’espère qu’elle a oublié, * se dit-il en changeant de place sur le canapé. Il avait le sentiment un peu inconfortable depuis peu. Valérie était cinquante fois plus mature qu’il avait été dans toute sa vie. Duke était un gamin. Il n’en avait pas l’air, il ne donnait pas l’impression, mais dès que ça allait mal – son esprit franchit la limite. Il n’y avait qu’une fine ligne entre être désespéré et puéril selon lui.

    « Tu veux dire que… le temps perdu à l’Orphelinat – il – ça – … » Comment le formuler ? Il soupira. « Je n’ai jamais vu ça de cette perspective. Faut dire que je ne me faisais pas de soucis non plus. » dit-il en souriant. « Ma situation aurait sûrement été pire si je serais resté à la maison. Ma mère – mon père… je crois qu’ils ont jugé faire ce qui était le mieux. » Son optimise était indestructible. « Mais ça prouve encore que tous les humains sont différents. Et heureusement… je n’aimerais pas rencontrer mon clone. »

    Il s’imaginait la scène de deux Dukes qui essayaient d’infiltrer dans la tête de l’autre, résultant en gros blanc. Si deux personnes ont exactement les mêmes rêves, ne seront-ils pas caractéristiquement les mêmes ? Duke avait déjà fait l’analyse en brouillon une nuit – quand la flemme le prenait d’écrire un scénario. Il était sorti avec l’idée de découvrir quelque chose et avait filtré les rêves des gens en cherchant des liaisons. S’ils se comportaient vraiment semblables était toujours un mystère. Le lendemain, son sommeil l’avait fait oublier le projet qu’il avait plané dans un moment d’inspiration. * Pas envie de me lever ! * avait-il pensé. Et maintenant il le regretta.

    « Je suppose que les rêves des autres étaient comme un autre monde pour moi. Quelque chose sur lequel je savais bâtir ou dans lequel je pouvais m’enfuir. »

    C’est en disant ça qu’il se réalisait que c’était ce qu’il avait toujours fait. Noyer ses émotions dans l’autre monde – et maintenant qu’il n’était plus là, il n’avait aucune idée comment se comporter… et c’était pathétique.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Ven 8 Oct - 19:47

    « Tu veux dire que… le temps perdu à l’Orphelinat – il – ça – … Je n’ai jamais vu ça de cette perspective. Faut dire que je ne me faisais pas de soucis non plus. Ma situation aurait sûrement été pire si je serais resté à la maison. Ma mère – mon père… je crois qu’ils ont jugé faire ce qui était le mieux. Mais ça prouve encore que tous les humains sont différents. Et heureusement… je n’aimerais pas rencontrer mon clone. »

    Il avait dit ça en étant visiblement plongé dans ses souvenir, pensif. Pourquoi n'aimerait-il pas rencontrer son clone? Valérie était très contente d'avoir rencontré Duke. Mais peut-être parlait-il de ce qui se passerait entre eux deux et non du fait d'avoir à se voir d'un oeil extérieur?

    « Je suppose que les rêves des autres étaient comme un autre monde pour moi. Quelque chose sur lequel je savais bâtir ou dans lequel je pouvais m’enfuir. »

    À cet instant, Valérie fut prise d'un profond élan d'affection pour Duke. Devoir s'évader dans des mondes irréels était une ressemblance qui les liait et qu'elle n'avait encore jamais vu chez personne d'autre: Pour la simple et bonne raison qu'elle évitait les gens. Valérie ne cherchait pas naturellement à rencontrer les autres, car les relations sociales étaient pour elle synonymes de tristesse, séquelles du départ de ses amis de l'Orphelinat, tous plus vieux qu'elle. Depuis, elle évitait soigneusement le contact avec d'autres. Mais était-ce la solution?

    Val se leva pour prendre son sac, posé dans l'entrée, et le ramena avec elle afin de montrer le contenu à Duke. Elle sortit ainsi plusieurs livres, de très vieux livres aux pages jaunies. Harry Potter, le Seigneur des Anneaux, d'autres romans moins cultes et moins connus, des reccueils de nouvelles qu'elle avait toujours aimés, et un vieux iPod touch et des écouteurs blancs. Puis, elle saisit un petit document estampillé d'une marque de magasin de musique, sur lequel figuraient un clarinette, un saxophone, un trombone, une trompette, une flûte traversière, un hautbois et un euphonium en guise de décoration, sur fond bleu foncé. Tenus ensemble à l'aide de ruban adhésif et colles en tout genre, les morceaux usés par le temps s'assemblaient pour former le document qui contenait la majorité de ses partitions.
    Elle l'ouvrit et sortit des pochettes sur lesquelles étaient inscrits les calendriers 2002-2003 et 2003-2004 des tas de partitions en tout genre, de tous les styles et auteurs possibles. On retrouvait du Jazz avec Miles Davis, Dizzy Gillepsie, Louis Armstrong et autres. Plus au fond, des musiques d'harmonie comme Star Wars et Pirates des Caraïbes, et des pièces classiques composées par Bach ou Schumman, voire même Mozart. Et les autres, plus diversifiées, d'artistes tels que Three Days Grace, Avenged Sevenfold, Green Day, Queen, The Fray, Simple Plan, une liste interminable qu'elle possédait depuis des lustres.

    "Ça, c'est à quoi se résume ma vie. Tes mondes irréels à toi étaient les rêves des gens, et moi c'est les livres et la musique. Tu connais ça?" demanda t'elle en brandissant le tome six d'Harry Potter. "C'est ma bible. Je n'ai jamais eu assez de courage pour affronter la réalité du quotidien et j'ai toujours eu besoin d'eux" déclara Valérie en désignant d'ensemble du sac.

    Elle hésita un instant, puis prit sa flûte restée au fond du sac, bien au chaud dans son vieil étui. Elle l'ouvrit avec délicatesse, comme on commence la lecture d'un ouvrage de 300 ans d'âge et assembla sa flûte qui, malgré son âge, était encore brillante grâce à ses bons soins. Valérie joua un ré grave qui résonna dans l'appartement, puis un ré aigu. Elle n'avait pas l'intention d'en jouer, mais cela faisait un bon moment qu'elle n'y avait pas touché.

    Elle la posa sur les partitions et regarda Duke, éspérant qu'il comprendrait que ce qu'il pouvait bêtement considérer comme un "instant de faiblesse" un peu plus tôt n'était rien comparé à comment elle se sentirait si on lui retirait tout ce qui était désormais étalé sous leurs yeux. D'ailleurs, elle ne considérait pas du tout ce moment comme une honte. Mais au final, qui pouvait être considéré comme le plus "mature"? Dans les deux cas, ils n'avaient jamais osé regarder la réalité en face et fuyaient les ennuis. Car il ne faut pas se le cacher, Valérie a bien toujours 5 ans d'âge mental... Juste la capacité de le cacher.

    (Non non, le cahier de partitions de Val n'est pas DU TOUT mon cahier de musique. Pourquoi tu penses ça? 8D)





Dernière édition par Valérie Desrosiers le Ven 8 Oct - 19:52, édité 2 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 10 Oct - 12:00

    Valérie s’était levée soudainement. Son regard avait légèrement adouci, mais ce n’était qu’un détail que Duke ne cherchait pas à comprendre. Il la suivit du regard pendant qu’elle marcha vers l’entrée ou elle prit son sac en main. Duke leva les sourcils en voyant Val vider son sac devant lui. Mais que faisait-elle ?

    Une dizaines de livres ayant l’air vieux et parcouru de centaines de fois, un iPod qui semblait daté aussi et finalement, ce que Duke prenait pour un journal intime à première vue. Quand il examina l’objet de plus près, fixant les images collées sur le devant du document, il décida que ce ne l’était pas et se croisa ses bras pour découvrir ce que ça puisse être.
    Cela aurait pu être une farde, se dit-il en voyant Valérie sortir de nombreuse pochettes. C’est là qu’il vu les notes de musiques et qu’il comprit. * Ahaa… une musicienne. *Malheureusement, il n’en savait pas plus. Marmaduke savait qu’il s’agissait de notes de musiques, mais c’est là que la ligne s’arrêta. Il ne s’y connaissait pas en musique.

    « Ça, c'est à quoi se résume ma vie. Tes mondes irréels à toi étaient les rêves des gens, et moi c'est les livres et la musique. »

    Le fait de savoir qu’il n’était sûrement pas le seul à avoir un monde d’échappe était rassurant. Il avait eu un moment difficile en acceptant la vérité – qu’il n’était pas all of that, mais qu’un petit bonhomme seul et abandonné – et Val se chargeait encore de lui apporter du baume au cœur. Sûrement involontairement, mais c’était fait. Il était rassuré.

    « Tu connais ça ? »

    Harry Potter and the Half-Blood Prince. Duke se gratta la tête. Le petit bonhomme sur la couverture du livre avait l’air familier.

    « Han. C’est vieux ça ! »

    De quel année venait ce livre ? 2000 ? 2005 peut-être ? Était-ce le livre que ses grands-parents avaient offert à son père pour Noël quand il était jeune ? Celui qu’il voyait en tête dans la bibliothèque moitié vide de son ancienne maison ?

    « C'est ma bible. »

    Ah quand même…

    D’abord Duke se demanda comment des objets si simplistes et achetables auraient pu avoir une si grande importance dans la vie de quelqu’un qui possédait quelque chose que personne d’autre au monde allait avoir. C’était compliqué à comprendre pour lui qui avait trouvé son refuge dans la chose qui le distinguait des autres.

    « Je n'ai jamais eu assez de courage pour affronter la réalité du quotidien et j'ai toujours eu besoin d'eux. »

    Elle fouillait dans son sac – y’a encore quelque chose là-dedans ? – et y sortit une flute. Un instrument qui n’avait jamais eu un grand effet sur Duke. (Bon, d’accord. Il faut avouer qu’il n’a jamais voulu en entendre, donc il n’était pas vraiment familier avec le son qui ça donnait… mais il n’avait jamais été fan des solos d’instruments.) Elle prit une pose qui semblait lui offrir plus d’air pour savoir souffler avec une force énorme – ou c’était simplement une impression – et le son résonna dans l’appartement.

    Le silence s’abattu.

    « Héhé… » un petit rire nerveux. « On se ressemble plus que j’aurais imaginé, alors. » dit-il en massant son cou.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 10 Oct - 18:27


    ( HJ: Attention, bloc de texte incompréhensible pour qui ne sait pas ce qu'est une nouvelle. XD Comme tu parles plein de langues, je sais pas comment on appelle ça en anglais et en néerlandais mais voilà la description en français... http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle)

    « Héhé… On se ressemble plus que j’aurais imaginé, alors. » dit Duke en se massant le cou.

    Il avait presque l'air gêné. Valérie se demandait si ce n'était qu'une impression ou s'il était gêné d'avoir peut-être éventuellement pensé qu'il était seul dans sa situation, ou gêné de lui ressembler. Mais elle ne s'attarda pas à y réfléchir, jugeant la dernière situation innapropriée et peu probable et les deux premières très acceptables.

    « Je pense que tu pourrais toi aussi lire des livres comme ceux là. Je pense que ça pourrait t'aider en attendant d'être complètement habitué à l'absence de ton don. Si ça t'intéresse, je peux te les prêter... Mes préférés sont ceux-là.» dit Valérie en pointant la série d'Harry Potter qui s'étendait dans la première rangée de livres de l'étagère, seul le tome 6 étant présent dans son sac. «Suivis de près par celui-là.» ajouta-t'elle en lui montrant l'intégrale d'À la Croisée des Mondes. «Mais si tu préfères les mondes vraiment bien définis et complexes, tu peux essayer ceux-ci.» précisa Val en désignant la série Seigneur des Anneaux.

    Elle n'était pas certaine que ça allait lui plaire, pourtant. Les rêves, eux sont souvent abstraits. Les siens, en tout cas, avaient rarement du sens. Ils ne racontaient jamais la même chose et elle se réveillait souvent perdue, troublée par ces rêves dont elle n'arrivait pas à déchiffrer la signification. Mais elle supposait que Duke, après vingt ans d'expérience en lecture de rêves, arrivait parfaitement à identifier tous les sentiments et frustrations desquels découlaient les rêves des gens. Comme ça. Au premier coup d'oeil. "Voilà, elle a rêvé d'une salamandre parce-qu'elle a eu chaud toute la journée et que ça lui est tombé sur les nerfs." Ouais, Valérie supposait qu'il savait faire toutes sortes de liens entre deux choses qui n'avaient aucun rapport parce-que c'était comme "inné" chez lui.

    Mais les rêves étaient souvent courts. Souvent une histoire à chute pour lui quand il se rendait compte de quoi exactement ça pouvait parler. Comme des mini-films. Un peu comme des nouvelles fantastiques, qui mêlent l'invraisemblable au réel. Souvent des histoires d'épouvante, mais courtes et sans trop de détails sur les personnages. Bref, comme les rêves que Duke pouvait voir d'inconnus: Il ne connait rien sur la personne et en apprend un peu sur lui à chaque passage. En fait, c'était pareil, sauf que dans une nouvelle il n'y a qu'un passage et que c'est un type de lecture court exclusivement concentré sur l'épouvante, bien qu'elle en ait déjà lu une ou deux qui avaient un côté humoristique, comme Coup du Gigot. Donc, les recueils de nouvelles pourraient peut-être l'intéresser, puisque c'était si semblable aux rêves qu'il analysait? Il pourrait certainement faire quelque chose avec ça, comme il pouvait faire sa B.D avec des extraits de rêves dépareillés qui n'avaient aucun lien entre eux.

    « Je pense que les nouvelles pourraient t'intéresser. C'est un style de littérature court et le plus souvent irréaliste. Je ne sais pas si tu en as déjà lu...» déclara Valérie en lui mettant dans les mains tous ses recueils de nouvelles. « Ça doit vachement ressembler à tes rêves, mais à l'écrit et surtout des histoires à chute. »

    Voilà. Valérie ne pouvait pas lui proposer mieux, plus ressemblant à ses rêves que des nouvelles. Restait à voir si cela lui conviendrait pour l'adapter à la perte de son pouvoir, même si ce ne serait pas parfait...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Ven 15 Oct - 20:12

    [ HJ : Désolé de la réponse tardive ! J'ai eu du mal cette semaine. ]

    « Je pense que tu pourrais toi aussi lire des livres comme ceux-là. Je pense que ça pourrait t'aider en attendant d'être complètement habitué à l'absence de ton don. »

    * L’absence de mon don… * Et ouais. Jamais dit que la réalité allait être facile, bonhomme. Sans que tu le saches – ou plutôt, sans que te le sois réaliser – des milliers et des millions de pauvre gens ont dû affronter la vie d’une autre manière. Ils étaient bien eux. Ils ne se cachaient pas derrière ce qui était un monde plus paisible et plus facile à accepter. Parce que ouais, il faut avouer… la vie n’est pas si simple et banale que tu le croyais.

    « Si ça t'intéresse, je peux te les prêter... » Ah Valérie. C’est bien gentille… mais est-ce réaliste ? « Mes préférés sont ceux-là. » Elle pointait vers l’étagère avec un regard illisible dans ses yeux. « Suivis de près par celui-là. » Val désigna encore une série de livres que Duke n’avait jamais vus. « Mais si tu préfères les mondes vraiment bien définis et complexes, tu peux essayer ceux-ci.» Encore des livres.

    Duke avait à peine le temps de dire quelque chose, ou de feuilleter dans les livres qu’elle lui avait proposé comme il le faisait toujours étant dans une librairie, car Valérie semblait vouloir finir son speech. C’était clair qu’elle aimait lire. En gros, elle venait de présenter ce qu’elle aimait tout court. Comme si son sac contenait ses objets favoris, ses intérêts et les trucs qu’elle trouvait les plus importants.

    « Je pense que les nouvelles pourraient t'intéresser. C'est un style de littérature court et le plus souvent irréaliste. Je ne sais pas si tu en as déjà lu...» Et elle ajouta quelques livres sur le tas. « Ça doit vachement ressembler à tes rêves, mais à l'écrit et surtout des histoires à chute. »

    Il lançait un regard furtif vers Valérie pour s’assurer qu’elle avait fini de parler. Il ne savait pas trop quoi faire, et décida de rien faire du tout, finalement. Ses doigts tapotèrent sur la couverture des derniers livres qu’elle lui avait passés. Pour être honnête, le dernier livre qu’il avait ouvert était sûrement le livre de recettes que Monsieur Taeng Fond l’avait offert pour son anniversaire deux ans passées. (« Chinese food for dummies »). Duke avait un cerveau visuel. S’il n’y avait pas d’images pour illustré, il ne comprenait pas ce qu’il lisait. Et c’est là que naquit son profond intérêt pour les BDs, livres d’enfants et posters de concerts. Ca racontait une histoire en montrant ce qui se passait. Logiquement, quand il expliquait quelque chose à quelqu’un, il avait tendance à le dessiner. (« Donc imagine que la rue est ici – TSJAK TSJAK CRAYON – et qu’il faut passer par la ville en évitant ça – TSJAK – ça – TSJAK – et ça – TSJAKAA. Mieux vaut passer par là – VLAM – mais évite le coin là. C’est le coin avec la statue là… le truc… euh… comme ça – TSJAK – avec les yeux là – TSJAK – et le gros nez Pinocchio – TSJAK. Tu vois ? »)

    « Han, Valérie ! Je te remercie infiniment, mais… » Il soulevait le tas qu’elle avait créé en monologuant plus tôt, « Je risque de ne pas savoir finir ça en dix ans. » Et ça c’était sans compter les livres qu’elle avait indiqué dans l’étagère, ou les créations dont elle avait parlé sans montrer la couverture-même.

    Et le moyen de transport ? Ça pesait des tonnes ces trucs !

    Il rigolait à haute voix en secouant sa tête. « Si ta passion avait été le ballet, tu m’aurais prêté un tutu ? » Il s’imaginait déjà en petite robe rose et ne put s’empêcher de pouffer de rire en visionnant la scène de danse.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Ven 15 Oct - 21:15

    (HJ: Pas grave. =) Et désolée c'est vachement court. xD)

    Il feuilletait les livres avec un air perdu et désintéressé, même surpris comme si tout ce qu'elle pouvait lui proposer était tout à fait insignifiant pour lui, peu importe la valeur que ça pouvait avoir aux yeux de Valérie. Lorsqu'elle eut posé les derniers reccueils de nouvelles sur le tas, il la regarda simplement en tapotant des doigts sur la première couverture. Désorientée, Valérie était passée à deux doigts et demander "Bah alors, tu regardes pas si y'a quelque chose qui t'intéresse?"

    "Han, Valérie! Je te remercie infiniment mais..." haha, 'l'avait pas l'air sincère. "Je risque de ne pas savoir finir ça en dix ans."

    En définitive, il avait bien l'air de se foutre royalement de ce qu'elle lui proposait. Bon. Elle pouvait rien faire de plus pour lui de toute manière, elle avait essayé tout ce qui était à sa disposition... Il pourrait se débrouiller par la suite, mais elle ne voulait toujours pas se ramasser toute seule. La présence de quelqu'un d'autre près d'elle la réchauffait intérieurement, comme ses livres, mais en plus vivifiant et elle ne voulait pas qu'il parte.

    Puis, il se mit à rire et déclara d'un ton que Valérie considérait comme moqueur:
    "Si ta passion avait été le ballet, tu m'aurais prêté un tutu?"

    Déconcertée, Valérie le regarda un court moment. Bon, au moins ça le faisait rire, et si cet instant pouvait le remettre de bonne humeur et l'aider à bien commencer sa remontée de la pente, tant mieux, c'était le but de Val. Mais elle ne s'était pas attentue à ce que ça soit de cette manière. Ouais, sa réaction l'avait un peu vexée.
    Visiblement, l'idéal pour lui, ce serait des BD, mais elle n'en avait pas à lui proposer.

    "Désolée, alors."

    Sans plus un mot, elle se mit à ranger ses livres dans son sac, bien classés, en ordre. Comme à son habitude. Elle pensait avoir trouvé quelqu'un qui lui ressemblait et avec qui elle aurait pu partager ses intérêts mais visiblement, c'était loupé. Forcément, leur entente quasi-impeccable jusqu'à maintenant ne pouvait pas durer. Le problème était que Valérie ne savait parler que de livres et de musique, et pour le peu qu'elle parlait aux gens elle se voyait mal entamer la conversation sur autre chose. Qu'est-ce qu'elle pourrait bien faire d'un sujet dont elle ne connait rien, à part se rendre ridicule?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Lun 18 Oct - 21:29

    En ouvrant sa bouche, Duke n’avait pas fait attention aux conséquences. Il n’avait pas remarqué le malaise de Valérie – bien qu’il n’avait jamais essayé de la vexer non plus. Pourtant, ça se voyait sur son visage – tu regardes Duke ? – son sourire avait disparu, ses yeux avaient perdues leurs lueurs, elles étaient moins vives. S’il n’avait pas été si concentré sur lui-même – ce qui était pas fort probable d’arriver, voyant la situation dans laquelle ils étaient – il aurait peut-être encore pu sauver la situation, mais en ne pas réagissant sur ses actes, il s’enfonçait encore plus profondément dans… le caca.

    « Désolée, alors. »

    Hein ? Désolé ? Pourquoi ?

    Il regarda Valérie ranger ses affaires. Les choses qu’elle avait sorties en premier, étaient les derniers à passer dans le sac. Le livre d’Harry Potter, celui du Seigneur des Anneaux, le reste. Même son cahier de musique – si on pourrait l’appeler ainsi – ça a un nom ? En tous cas… elle évitait de le regarder – ou l’ignorait de même. Duke fronça les sourcils.

    Ah. T’as compris, gamin ?

    « Euh… ça va ? Enfin… je veux dire : qu’est-ce qu’il y a ? J’ai fait quelque chose ? »

    Il prenait une petite pause de silence avant de continuer.

    « Si j’ai dit quelque chose qui te vexait… j’en suis désolé. » Il était sincère, mais son ton n’avait pas changé. « C’était pas mon but. »

    Il réfléchit un moment – pas longtemps, quelques secondes peut-être – pour se rappeler ce qu’il avait dit exactement. Vivant seul, il n’avait pas l’habitude d’avoir des conversations avec des étrangers (ou gens plus connus, même). Ses philosophies, il les faisait tout seul. Parlant à haute voix dans son appart, mâchant sur son crayon en traçant des cercles sur son bureau avec sa main. Les conversations qu’il avait avec Mr-le-chinois-d’en-bas-qui-fait-des-nouilles-ha-ha était pas plus profond qu’un bonjour et au revoir polie quand il rentrait ou sortait. Duke était observera. Il ne parla pas.

    Il n’avait jamais considérer ça comme un défaut, mais en voyant le carrousel d’émotions de la journée, le jeune homme commença à douter de sa propre théorie. Lui, grand admirateur du réfléchit, incapable de garder une conversation avec une jeune fille ?

    Ou peut-être était-ce parce que c’était une femme justement… n’avaient-elles pas des turbulences d’hormones ? Ou un truc du genre ? Ou encore... la différence d'âge ?

    HAN !

    Puis-je soupirer ?

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie Desrosiers
Thank you Music for being here when no one else was
avatar

Féminin Messages : 90
Date de naissance : 09/06/1995
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Balles de lumière - Éclairage
Age : 16 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Dim 7 Nov - 20:22

    [HJ: Désolée pour l'intervalle de temps, et c'est super court aussi... ]

    Il eut l'air mal à l'aise lorsqu'il la vit ranger ses livres, mais elle n'y fit pas attention.

    « Euh… ça va ? Enfin… je veux dire : qu’est-ce qu’il y a ? J’ai fait quelque chose ? »

    Il marqua un temps de silence avant d'ajouter:

    « Si j’ai dit quelque chose qui te vexait… j’en suis désolé. C’était pas mon but. »

    Il avait l'air sincère. Bête, mais sincère. À ce que Valérie avait pu voir jusqu'à maintenant, Duke établissait lui même des situations et disait des choses qui ne seraient pas susceptibles de le vexer lui, sans tenir compte des différences des autres. Duke était un observateur. Il préférait observer qu'agir. Il préférait écouter que participer aux conversations. C'était un scénariste. Mais pourtant, il n'était pas nécéssaire d'être diplômé Bacc+1 en psychologie pour comprendre qu'il y a certaines choses qui demandent une certaine façon d'être dites. Mais Valérie ne pouvait pas lui en vouloir. Il était sincère quand il disait être désolé et ce n'était pas de sa faute si il ne s'était pas nécessairement rendu compte de la situation.

    « Non, c'est pas grave. » répondit-elle d'un ton un peu moins sinistre. « Ça va, c'est rien.»

    Duke avait l'air d'établir des tonnes de théories toutes plus étranges les unes que les autres dans sa tête et Val eu l'air vaguement amusée. Mais voilà, maintenant, il n'y avait plus rien d'intéressant à dire et Valérie ne se risquerait certainement pas dans un sujet qu'elle ne maîtrise pas, du moins pas d'elle même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke
What did he just say? O.o
What did he just say? O.o
avatar

Masculin Messages : 675
Date de naissance : 21/07/1993
Age : 25
Date d'inscription : 17/04/2010
Virus : Oméga
Pouvoir: : Lire les rêves
Age : 24 ans

MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke] Mer 24 Nov - 16:31

[ HS : Même chose .____. ]


    « Bon. »

    Duke soupira en se levant du canapé. La tension avait augmenté et il n’avait plus rien à dire. Sans pouvoirs, ils n’étaient que deux personnes. Ils n’avaient rien de commun. Rien qui pouvait porter un peu d’importance dans une relation.

    Il passa sa main dans ses cheveux et regarda Valérie avec des yeux rempli de regret. Il regretta d’avoir perdu son don. Il regretta d’avoir passé la soirée à embêté la blonde. Il regretta de ne pas être quelqu’un de plus ouvert envers les autres. Et il s’excusa.

    « Pardon. » murmura-t-il en récupérant sa veste.

    A quoi bon de rester ?

    « Je suis désolé. Je le suis vraiment. »

    Il avait le regard vide et fixé sur la porte d’entrée de l’appart en parlant. Marmaduke avait les pensées en désordre. Il se réalisa que s’il voulait fonctionner normalement, il devrait pendre une petite pause. Peut-être fallait-il s’enfermer dans sa chambre pour quelques jours. Regarder par la fenêtre. Dessiner un peu ? Non ? En tous cas, le contact humain n’était pas quelque chose qu’il désirait entretenir aujourd’hui. Pas maintenant. Pas encore.

    Trop de changement.

    Tout s’était passé trop vite.

    Ses sentiments venaient et passaient comme des tempêtes imprévisibles, et ce n’était pas de son genre. Il n’aurait jamais dû venir ici – même s’il se sentait seul. C’était son problème et il refusait d’emballer la vie des autres dans son courant de désespoir.

    Enferme-toi, Duke.
    Cache-toi dans ton coin.
    Pour un p'tit moment.

    Il mit sa veste, tira la capuche au-dessus de sa chevelure afin de se protéger contre la pluie qui semblait durer et balançait son sac à dos sur son épaule. Peut-être passerait-il par la poubelle. Pour récupérer quelque chose qui l’appartenait.

---------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ni nouilles ni Virus [Pv Duke]

Revenir en haut Aller en bas

Ni nouilles ni Virus [Pv Duke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Town. :: Disreputable districts. :: > Immeubles. :: Appartement no.26, sixième étage.-
News
15/02-Un sondage sur la taille des avatars est mit en ligne, votez ;) | Voir le sujet |
21/02- Voter ça rapporte ! | Voir le sujet |
Rps libres
1.
2.
3.
4.
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com