AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

- s'il te plaît - | Libre |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: - s'il te plaît - | Libre | Dim 3 Jan - 21:08

      Elle évoluait tranquillement dans se monde de silence. Il faisait frais, dans les corridors, et elle avait tellement chaud. Etait-ce ce qu’on lui avait mit dans le corps, qui se déchaînait ? Elle ne savait pas, et elle ne saurait certainement jamais. Les Bêtas – c’est assez ironique, ce mot, d’ailleurs, pour caractériser certaines personnes sans grande importance … et pas forcément très intelligentes – ne répondaient pas aux questions. Il fallait découvrir la réponse par soi-même ou demander aux autres habitants de l’Orphelinat. Mais rares étaient ceux qui étaient plus âgés qu’elle. Et puis, dans un an, pouf.
      Pouf ? me direz-vous. Oui, pouf. Elle ne serait plus là, dans cet Orphelinat, comme tout ceux qui l’avaient précédé. Ou serait-elle ? Je ne saurai vous le dire. Elle savait juste qu’elle ne serait plus là. Comme tout ceux qui atteignaient quatorze ans, ils disparaissaient de la vie de l’Orphelinat, pour laisser de la place aux petits nouveaux.
      Elle tituba un moment, sentant une énorme migraine l’assaillir. Chaque jour se ressemblaient, et si la lecture, la musique le dessin, et l’écriture n’avaient pas fait partis de sa vie, elle se demandait réellement où elle en serait maintenant. Depuis sept ans, elle était ici. Et depuis sept ans, elle s’était familiarisée avec du personnel qui partait, des Omégas plus vieux qu’elle, et donc qui partaient sans elle. Elle aurait voulu les secouer et leur demander de l’emmener avec eux. Mais elle savait que tout cela était important. Quoi qu’il se passe à quatorze ans, c’était important.

      Elle s’appuya, dos contre mur, qui était si frais, et qui rafraîchissait son cou dénudé. Elle portait une petite chemise bleu ciel, avec un long tee-shirt blanc dessous qui descendait jusqu’à ses genoux, et qui recouvrait un long jean bleu foncé aux pattes d’éléphant. Elle passa sa main dans ses longs cheveux blonds, retenus avec une pince couleur des châtaignes, et poussa un long soupir. Ce qui était en elle se calma, et elle put à nouveau respirer normalement. Elle rapprocha ses jambes de sa poitrine, les entoura de ses bras, et posa son menton sur ses genoux. Elle ferma les yeux, et essaya de se détendre. Rester ici sans rien faire commençait à lui poser lourdement, et elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pourrait faire pour se distraire. Un air de musique trotta lentement dans sa tête.

        « Letme live without this
        Empty bliss, selfishness
        I'm so sick.
        »


      Un petit sourire éclaira le visage de la jeune fille, et elle se mit à fredonner lentement, en dodelinant de la tête, pour être dans le rythme rock de la musique. Des couleurs se dessinèrent dans ses pensées, des papillons éclatèrent de cette musique. Je crois qu’elle pensait réellement ce qu’elle disait. Mais lorsque la jeune fille ré-ouvrit les yeux, elle se retrouva en face d’une personne – inconnue à coup sûr – et, hébétée, elle lâcha dans l’air lourd ;

        « - I’m so sick. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Dim 3 Jan - 22:25

[Oh je connais cette chanson ! C'est bien Flyleaf ? *o*]



Pff... Tellement ennuyeux. Ces murs d'un blanc éclatant à s'en pèter la rétine, le peu de fenêtre qui découvrait à peine les rayons du soleil, les porte-manteaux en métal bon marché accrochés au mur... Tout ça était si classique, si connu. La fantaisie ne semblait pas exister ici. C'est vrai quoi ! A quoi bon s'amuser alors que tout est si strict et carré autour de vous ? Vous vous voyez en train de jouer du diabolo au beau milieu d'un couloir étroit d'un Orphelinat ?

Je ne pense pas, non.


Et dire qu'elle est ici depuis 2 ans déjà. Elle connaissait tous les coins et recoins du batiment, imprimant absolument tous les détails de l'Orphelinat, comme cette horrible odeur de nettoyant pour vitre... Pourtant, Haïba aimait beaucoup reconnaitre et revisiter les diffèrents lieux du pensionnat, ça passe le temps. Aujourd'hui, elle avait furieusement décidé de parcourir les couloirs immaculés d'un blanc cassé. Toujours accompagnée de sa peluche, elle marchait en suivant son instinct, ou peut-être son envie. Un petit tintement rythmé résonnait contre les murs, offrant un peu d'ambiance en ce lieu.

L'enchainement d'escaliers et de portes aux entrées vides rendait Haïba de plus en plus fénéante... Allez savoir pourquoi. Aussi, elle avait décidé de se servir de Murasaki, sa peluche. Le virus qu'on lui a implanté à l'âge de 5 ans lui a procuré le pouvoir de donner vie à sa peluche, et de la transformer en animal. Un pouvoir très utile, surtout lorsqu'on est une sale gamine prétentieuse et invivable.
Alors, la petite gamine prétentieuse et invivable transforma Murasaki en chien. Oui, un joli Husky au pelage violet pâle, avec trois pics de cheveux sur le crâne. Haïba bondit sur son dos, s'agrippant à ses poils améthistes.
La jeune et petite cavalière se croyait fière sur son fidèle destrier, elle releva la tête et courba le dos en un mouvement purement gracieux, comme le font les gens plein de fric's, ou plus communément appellés "Les bourgeois".

Dans son trip', la pauvre gamine.

A la fin d'un virage à 90°, Haïba et Murasaki étaient arrivés dans un nouveau couloir. Cette fois-ci, il n'était pas vide, ou du moin, pas vraiment.
Les yeux de la petite se fixèrent sur la silhouette recroquevillée, dos contre le mur. Ca semblait être une fille à en juger ses longs cheveux chatins. On ne pouvait pas voir son visage, il était completement plongé dans ses bras, en "position de déprime", comme pourrait l'appeller Haïba.
La jeune fille chantonnait doucement sous un air de rock, dans un murmure presque inaudible.


" Letme live without this
Empty bliss, selfishness
I'm so sick.
"

...Ca semblait déjà énerver Haïba, elle qui déteste les pleurnichards.

Murasaki-chien s'approcha de l'inconnue lentement, sans un bruit. A quelques centimètres d'elle maintenant, il tentait de trouver son regard parmis son visage profondément caché entre ses bras. Haïba, qui était toujours sur son dos, prit un air irrité, les sourcils froncés et les bras croisés.
La jeune fille releva sa tête avant de lacher un dernier soupir et par la même occasion, une dernière ligne de sa chanson
.

" Eh ! T'as fini ta déprime là ? Ca me donne envie de chialer tellement tu fais pitié... "

Toujours aussi mauvaise, cette gosse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Lun 4 Jan - 20:21

      [ Tout Juste *_* ]

      Ce n’était nullement une « position déprime » mais simplement une position « Ohmygod,quej’aimalaucrâne ». La jeune fille était toujours dans la position « appelle-la-comme-tu-veux », lorsqu’elle releva la tête, lâchant la dernière phrase. Ses longs cheveux blonds dégringolèrent dans son dos comme une cascade d’eau claire, laissant simplement sa mèche contre son front. Ses yeux, aujourd’hui de couleur verte, rencontrèrent les yeux d’un énorme husky aux couleurs pétunia, qui disposait d’une espèce de crête sur le sommet de son crâne. Le plus étonnant fut certainement que ce husky était incroyablement grand. A côté de lui, une petite fille, que je situerai entre six et huit ans, se tenait, les bras croisés, le regard furibond. Elle lâcha à la blondinette une phrase aux détours tranchants. « Encore une délicate et charmante petite créature que le Destin a choisi de mettre sur mon chemin, songea June. » Un maigre sourire tordit ses lèvres, ce qui ressemblait finalement plus à une grimace qu’à un sourire, enfaite.

        « - Je ne déprime pas, lâcha t-elle, simplement. »


      June n’aimait pas parler. Enfin, elle n’aimait pas trop en dire, plutôt. Elle préférait garder une part mystérieuse, et le silence était devenu depuis assez longtemps son meilleur ami. « Il est plus difficile de trouver quelqu’un avec qui se taire, qu’avec qui parler, récita l’adolescente lentement, toujours perdue dans ses pensées. » Elle disait juste ce que la gamine devait savoir. Depuis qu’on lui avait transmis le Virus – et cela faisait un bon bout de temps, je peux vous le dire – énormément de chose lui donnait la migraine. On lui radotait que c’était les effets secondaires. Mais étaient-ils à long thermes ? Apparemment oui, et les Bêtas – elle sourit intérieurement – ne faisaient pas grand chose pour l’aider. Alors à part essayer de trouver des moyens pour que cela passe, elle ne voyait pas quoi faire d’autre. Si June en avait eu envie, elle aurait peut-être pu créer une illusion pour que la demoiselle s’en aille, mais, après quelques instants de réflexion, n’était-ce pas ce qu’elle voulait, connaître du monde ? Certes, peut-être pas une gamine insolente qui se prend pour la reine du monde, mais bon, n’était-ce pas mieux que rien ? Apparemment si, parce qu’elle refoula son idée d’illusions, et continua de se taire.

        « - Je médite, compléta t-elle alors. »


      Ce n’était pas vraiment dans son habitude de s’expliquer, mais comme elle le disait si bien, elle était plus imprévisible qu’autre chose, à dire vrai. Au moins, elle ne mentait pas. Elle avait trouver une petite solution pour ses migraines interminables. Plus elle se concentrait sur le mal, plus celui-ci se dissipait. Etait-ce son nouveau pouvoir qui lui donnait ses nausées ? Etait-ce parce qu’il lui fallait énormément de concentration pour contrôler ses illusions, que c’était sa façon de s’entraîner ? Qu’en savait-elle ? Elle ne pouvait qu’émettre des hypothèses, encore et encore, inlassablement. Elle posait des questions, mais le vide lui était rendu en guise de réponse.

      Peu désireuse de rester ainsi, recroquevillée par terre – de plus, son popotin commençait à la faire souffrir – elle se releva lentement, sentant une bouffée d’air frais envahir son corps. Houf. Elle avait l’impression qu’on avait jeté un grand seau d’eau froide sur son corps, qui était digne d’un incendie. Pourtant, nous étions en hiver, elle ne comprenait pas la raison de cette soudaine chaleur. Quelques flocons tombaient d’ailleurs derrière les carreaux parfaits, sans traces de doigts, ni rayures, remplissant l’atmosphère d’une couleur blanchâtre, lumineuse, et souvent digne d’attirer ses migraines. Elle se frotta les mains l’une contre l’autre, sachant cependant que le ménage avait été fait sous peu, et que le sol était nickel. Elle s’approcha de la gamine, qui faisait au moins 40 bons centimètres de moins qu’elle, et planta son regard devenu bleu hivernal dans les deux perles améthystes qui faisaient office d’yeux pour la petite.

        « - Je n’ai pas besoin de ta pitié, acheva t-elle. »


      Elle passa sa main dans ses cheveux, qui menaçaient de tomber, si elle ne les retenaient pas un petit peu. Sa grimace était redevenue un joli sourire d’ange, comme elle savait les maîtriser. Même si la gamine était gavante, au moins, June n’avait plus mal au crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Mar 26 Jan - 0:30

    (Je peux ? / Premier Rp)
    L’orphelinat, une prison que personne ne peut s’échapper. Moi, je le ferais si j’avais le pouvoir…. Quoi de plus normal. Je me sentais enfermée et incapable de respirer aisément. Pourquoi, je ne peux pas avoir une vie normale ? Enfaîte, ici, une vie normal est pas vraiment se dont j’ai besoin. Ici, tout n’est pas habituelle. En d’autre mot c’est un monde de fou. Je suis vraiment tannée de cette vie. Je n’ai jamais méritée ça. Pourtant, je n’ai tuée personne… Enfin, je crois. On dirait que personne ne peut passer à côté de cet enfer sur terre. La tristesse est le seul sentiment que j'ai réussi à ressentir ici enfin, presque. Je suis vraiment tanné de la solitude. J’en n’ai par-dessus la tête. Je décidai alors de me rafraîchir les idées en sortant de ma chambre. Un endroit encore plus petit que mon monde à moi. Mon monde est le meilleur de tout. Personne ne peut rêver mieux que ça. Contrairement à ici, la tristesse n’existe pas du tout, et tout le monde souris et s’amuse avec leurs amis et famille. Enfin sortis, je regardai dans le large corridor dans les teintes de beiges. Cette couleur commençait vraiment à me crever les yeux. Je n’en pouvais plus. J’observais au loin. Personne, alors je décida de continuer à avancer. C’était vraiment silencieux. On pourrait entendre une mouche volée. Je tourna le coin et aperçus deux jeunes filles se parler. L’une avait les cheveux blonds. Elle semblait assez jeune. Pas plus de 14 ans. Elle étais là, et parlais avec une autre fille. Celle-ci avait deux couettes ornées de deux boucles blanches. Ses yeux globuleux étaient de la même couleur. De plus, elle était habillée d’une petite robe blanche, une couleur assez foncée et un petit ruban jaune placée autour de sa taille pour garder le tout un peu serré.. Je m’avança alors et dis gênée :

    - Allo.

    Je ne savais pas si elles allaient m’accepter, mais bon. Ça ne pouvait pas être pire que la vie l’était déjà. Et si elle m’accepterait, je redeviendrais peut-être heureuse, Je dis bien Peut-être. Mon cœur commença à battre plus vte et je repensai à l’année passée en compagnie de mon meilleur ami qui est bien sure, morte aujourd’hui. Je revoyais son visage rire et sa me faisais du bien. Il était vraiment drôle. Ce n’est pas pour rien que c’était mon meilleur ami. Mon visage aussi était souriant avant, mais après sa mort, rien n’était pareil. Je me suis enfermée dans ma chambre pendant vraiment longtemps et je dessinais mes émotions. Enfaîte, je dessinais pas mes émotions, parce que toute personne côté d’un minime d’intelligence sais que c’est impossible. Non, je ne dessinais pas l’émotion en tant que telle, mais un personnage qui le représentais. Toutes les choses que j’ai dessinées se sont transformées en monstre. Il pouvais parler et bougée comme toi et moi. Une chance que j’avais ce pouvoir, car sinon, je sombrais dans les ténèbres. Ça peut paraître bizarre, mes ces monstres m’ont servi de compagnon. C’Est certain que ce ne sont pas les meilleurs amis que l’on peut avoir, mais ça peut faire. J’attendais maintenant une réponse qui sortirais de la bouche d’une de ces deux jeunes filles.

    (Désolée pour les fautes, je suis incapable de me corriger >.<)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Mar 26 Jan - 0:33

      Et voilà que quelqu'un d'autre se ramenait ! Sauf que cette nouvelle inconnue était vachement... plus étrange que l'autre gosse qui c'était ramenée à dos de chépastropquoi. Mais maintenant qu'elle était debout, elle ne pouvait pas s'assoir, et elle ne pouvait pas non plus déguerpir, ce serait malpoli, n'est-ce pas ? June entreprit donc de décrire la jeune fille qui s'était approchée. Elle était très étrange, comme si elle n'était pas réelle. Si June n'avait pas don de son pouvoir d'illusions, elle se serait presque demandée si ç'en était pas une. Elle avait un oeil vert, et le second était de la couleur mordorée des braises dans l'âtre d'une cheminée. Ses longs cheveux changeaient de teinte à chaque nouvelle mèche, formant un arc-en-ciel de couleur sur la jeune fille. Elle semblait un peu désorientée, et sa façon de saluer désarçonna quelque peu notre blondinette.
      Ne tenant plus son immobilité, elle entreprit de défroisser un peu sa petite chemise azurée, à laquelle elle tenait énormément.

      « - Bonjour, lâcha t-elle finalement, gentiment. »

      L'autre gamine ne semblait pas sciller, ce qui lui fit froid dans le dos. Elle passa doucement sa langue sur ses lèvres sèches, et décida enfin de faire un pas de côté vers la nouvelle. June se sentit piégée. Devant elle, la sans nom numéro une, et sur sa droite, la sans nom numéro deux. Comment pouvait-elle être attaquée dans l'Orphelinat ? Elle ne pouvait pas, bien entendu, mais cette sensation de '' cage '' humaine l'angoissa quelque peu.

      « - C'est une réunion dans les couloirs ? s'enquit-elle, pour essayer de détendre l'atmosphère. »

      Elle ne savait pas où se mettre, ne savait pas que faire, c'était vraiment très étrange. Peu habituée à rencontrer des gens, une bouffée d'inquiétude s'empara d'elle. Elle décida donc de contempler les légers flocons de neige qui tombaient dehors. Qu'est-ce qu'elle aurait aimé se tenir au milieu de ce petit tourbillon naturel ! Elle aurait tellement voulu sentir le vent glacial fouetter ses joues, et déssecher ses lèvres gercées. Elle soupira doucement, avant de se rendre compte qu'elle jouait nerveusement avec le bas de sa chemise. June ne voyait vraiment pas de quoi elle pourrait parler avec les deux jeunes filles. Leur prénom ? Leur âge ? ... trop banal, non ? June n'ayant jamais appris à communiquer avec des étrangers - mis à part tout les Bêtas et autres employés - ne savait pas quoi dire, faire ou même penser. Peut-être que la nouvelle venue savait lire dans les pensées ? Non, non... Impossible, June aurait sentit une intrusion dans son esprit. Aucun doute pour la première son pouvoir était d'avoir son gros chien violet à ses côtés, mais elle... c'était ce qui l'interessait le plus dans l'étrangère, enfaite.

      « - Je m'appelle June. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Sam 30 Jan - 17:24

Qui doit repondre ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Sam 30 Jan - 19:01

      Beuh, répond si tu veux (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Dim 31 Jan - 17:59

Ben... je voudrais pas lui couper son tour é.è
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre | Jeu 11 Fév - 16:03

- Bonjour ­­

Elle avait l'air plutôt simpathique, mais est-ce que je devais lui faire confiance ? Non, on peux faire confiance à personne. Aucun être vivant sur cette terre est parfait. Je ferma alors les yeux, pencha la tête et commença à penser. Des idées se bousculaient dans ma tête et aussi, je ne savais pas quoi dire. De plus, est-ce que je devais dire quelque chose ou tout simplement me taire et repartir ? Non, je devais pas repartir. J'étais déjà assez mal vu par les gens des alentours pas besoin de me faire encore plus d'ennemi.

- C'est une réunion dans les couloirs ?

Oups ! J'avais l'impression de les déranger et j'espèrais aficher un visage neutre... sans expression. Malrés que dans son ton de voie, elle n'avait pas l'air de quelqun qui voualis se débarasser de moi. Je devais peut-être me faire ami-ami avec ses deux filles. Elle avais l'air vraiment gentille. Aussi, ça me ferais quelque chose à faire, on n'a jamais des amis de trop. Par compte, j'avais peur de me trompée sur ces personnes. Somme le dis souvent quelque personne, il ne faut pas se fier aux apparences parce qu'elles sont parfois... Souvent, très souvent trompeuse. Je releva ma tête débordante d'idée puis r'ouvrit les yeux d'un seul coup.

- Je m'appelle June

Elle venais de dire son nom, mais j'ésitais encore. Je regardais partout autour de moi et recula de deux pas. Et après quelques secondes de répit qui semblais duré des heures, je fini par laisser ma voie s'échaper.

- Mo....i....moi.... je .... m'apelle..... Kim !

Mes paroles ne sont pas sortis comme je le désirais, alors ma peau qui est habituellement de la couleur des mur des couloirs de l'orphelinat était tourné dans les teintes de rouges. J'étais légerement génée. Enfin... Beaucoup ! Je commencais à avoir des illusions. Je voyais mon meilleur ami avec moi. On jouais toujours enssemble et quand j'étais avec lui, tout était amusant et personne s'ennuiyais... Du moins moi et lui. On n'allais souvent dans le laboratoire vollé quelque échantillons et espionner les passants. Peut-être que c'étais une deuxième chance pour moi. Possible. J'avança alors d'un pas et dis au deux jeunes filles la voie branlante.

- Vous voulez jouer ?

De toute façon, c'étais pas des adultes scientifiques qui veulent faire des testes... Loin de là, c'étaient des enfants comme moi, qui subisse le même traitement. Par compte, ces enfants semblaient avoir eu un lavage de cerveau parce qu'elles n'étaient pas vraimen rebelle.... En tout cas, depuis que je suis là. Elles ne semblaient pas savoir que ici, l'orphelinat étais belle et bien une cage humaine. Mes yeux alternais entre le visage de la jeune fille au chevaux blond et celle au chaveux d'une couleur mauve. L'atmosfère n'était pas calme su tout. J'était sans voie....

(Désolé pour les fautes et la longueur du teste)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - s'il te plaît - | Libre |

Revenir en haut Aller en bas

- s'il te plaît - | Libre |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Orphelinat. :: Corridors.-
News
15/02-Un sondage sur la taille des avatars est mit en ligne, votez ;) | Voir le sujet |
21/02- Voter ça rapporte ! | Voir le sujet |
Rps libres
1.
2.
3.
4.
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit |  |